• Jeux Olympiques 2024 : préparer les potentiels médaillés dès maintenant
  • Dr Boyzini : retour vers le passé avec «Sold Out» et son tube «Salmi»
  • Hanshini Appanah, coup d’Foodwini
  • Agressé au cutter à l’école : Un ado de 14 ans se retrouve avec 20 points de suture
  • La visite papale à Maurice dans la presse internationale | Quand le monde médiatique parle du modèle de «fraternité» de notre île
  • Des jeunes lui offrent un T-shirt aux couleurs de San Lorenzo : Zoom sur l’équipe de foot préférée du souverain pontife
  • Le pape a dit…
  • Inspecteur Ricardo Hurrhungee : «C’est un honneur d’avoir veillé à la sécurité du pape»
  • Doris David : Ma belle histoire d’amour racontée au saint-père
  • Le temps d’une petite rencontre entre chefs d’États

Le pape raconté par le père Georgy Kenny

«Il aura un message pour le pays et ce message dépassera les frontières de l’Église catholique et concernera tous les Mauriciens.»

Il va souvent à la rencontre du pape et pour le voyage du saint-père chez nous, ce 9 septembre, le père Georgy Kenny assure le rôle de coordonnateur et veille à ce que tout soit au top pour les célébrations. À quelques heures de ce moment historique, il nous parle du pape et du symbolisme de cette visite.

«J’ai rencontré le pape François dans le cadre de mes responsabilités en tant que directeur national des œuvres pontificales missionnaires (OPM). Chaque année, je suis amené à me rendre à Rome pour la rencontre des directeurs nationaux et nous passons une semaine à l’assemblée où est toujours prévue une audience privée avec le saint-père. C’est à l’occasion de ces rencontres chaque année que j’ai eu la chance de serrer la main du pape.

 

Ce qui me frappe dans sa personnalité, c’est sa simplicité et son humilité. C’est quelqu’un qui sait mettre tout le monde à l’aise. Par exemple, au cours d’une des dernières assemblées, il est arrivé, nous a salué et nous a dit : «Je ne lirai pas mon discours, comme à l’accoutumée, nous allons faire un échange.» Le pape François, c’est l’homme qui s’est improvisé, qui peut nous surprendre et moi, je suis toujours surpris par sa simplicité.

 

Chaque pape à son charisme, sa manière de voir les choses. Dans sa façon de conduire l’Église et dans ses écrits, il a le souci des personnes, comme il dit, qui sont en dehors. Il pense aux migrants et va souvent spontanément vers les plus pauvres. Je le qualifierais comme quelqu’un qui ose sortir du traditionnel et qui va vers les autres.

 

C’est un peu cela qui est au cœur de sa visite au Mozambique, à Madagascar et à Maurice. Il s’agit de la visite d’un pasteur, du responsable de l’Église catholique, qui vient visiter une partie de ses brebis dans cette zone de l’océan Indien. C’est important pour nous de sentir que la venue du pape à Maurice est un signe de reconnaissance. C’est un soutien pour ce qu’on est en train de vivre dans notre petite île. L’Église à Maurice essaye d’annoncer l’évangile dans la société mauricienne. La venue du pape est un encouragement pour nous, pour qu’on continue à faire tout ce qu’on a entamé et tout ce que nous faisons.

 

Il y a aussi le fait que le pape vient dans un pays. C’est un chef d’État. Il aura un message pour le pays qui dépassera les frontières de l’Église catholique et concernera tous les Mauriciens car il a un grand souci de l’humain et de l’intégration de l’humain dans tous les sphères de la société. Je pense qu’il aura des paroles à donner et je suis sûr qu’il aura des mots dans lesquels chaque Mauricien se sentira concerné et cela, c’est une bonne nouvelle.

 

Quand j’ai été nommé coordonnateur de la visite du pape à Maurice, j’ai ressenti une grande joie mais j’ai aussi réalisé que c’était une grosse responsabilité de coordonner l’ensemble des préparatifs pour que cette visite soit un succès. Tous les regards sont convergés vers moi, mon téléphone n’arrête pas de sonner, on me demande mon avis sur plusieurs sujets… Je sens qu’il y a une grande mission qui m’a été confié et que j’accomplie avec une grande humilité.

 

On est dans les derniers préparatifs et tout est sous contrôle. On n’est plus dans la théorie mais dans le concret. Le 9 septembre, je goûterai et savourerai les fruits de ce travail et je profiterai de la visite du saint-père en partageant la joie de tous les Mauriciens.

 

Je suis sûr que les Mauriciens réserveront un bel accueil au pape. Je suis convaincu qu’ils vont tout faire pour lui montrer la chaleur de notre île, comme nous savons le faire à chaque fois qu’une personne nous visite. Soyons prêts à l’écouter et à accueillir ce qu’il a à nous dire…»

 


 

Ils ont dit…

 

Message du pape aux Mauriciens (avant son départ de Rome) : «Chers frères et sœurs de l’île Maurice. Déjà, de Rome, je vous envoie mes salutations les plus affectueuses et je vous dis un grand merci car vous vous activez à préparer cette rencontre. Ce sera une grande joie pour moi d’annoncer l’Évangile au cœur de votre peuple qui est remarquable pour son vivre ensemble entre différentes ethnies et qui s’enrichit ainsi des différentes traditions culturelles et religieuses. L’Église catholique depuis ses origines est envoyée à tous les peuples et elle parle toutes les langues du monde. Mais la langue spécifique de l’Évangile, vous le savez, c’est la langue de l’amour. Je souhaite que le Seigneur par l’intercession de la Vierge Marie me donne la force de vous annoncer l’Évangile avec la force de l’Esprit Saint, de telle manière que tous puissent l’accueillir et le comprendre. Je vous demande de vous adonner plus intensément encore à la prière pour préparer cette rencontre alors que moi-même, je vous porte dans mon cœur et dans ma prière. Je vous dis encore une fois merci et à très bientôt.»

Le cardinal Maurice Piat : «J’admire beaucoup l’ardeur, l’enthousiasme, le dévouement des personnes, que ce soit du côté du gouvernement que du diocèse, qui se donnent beaucoup de peine et de leur temps pour préparer cette visite avec soin et minutie. C’est comme si nous accueillons un papa qui vient voir ses enfants. On doit se préparer et pas seulement à l’applaudir. Bien sûr, on va le faire, mais il faut aussi l’applaudir dans notre cœur dans le sens où le pape vient pour nous encourager. Il vient aussi, peut-être, pour nous interpeller et c’est donc très important de se préparer pour écouter ce qu’il a à dire.»

 

Pravind Jugnauth, Premier ministre : «Maurice est un bon exemple d’une île qui vit avec une diversité culturelle (…) La visite papale sera une grande occasion de monter la coexistence pacifique et le respect mutuel dans notre pays. Nous tous, comme un peuple arc-en-ciel, on va accueillir le pape comme cela avait été le cas en 1989 lors de la visite de Jean Paul II. C’est une visite d’État qui démontrera le succès de Maurice en tant que modèle de pluralisme.»