• Mannyok, le groupe rodriguais et sa conquête africaine
  • Laurent Combalbert : À la découverte de... ADN Kids
  • National Sports Award 2019 : des étoiles brillantes
  • Bruno Mikale, un coach aux fourneaux
  • Le meurtrier de son fils libéré un jour après sa condamnation | Sunita Darga : «Nous demandons au DPP de faire appel»
  • Love Aaj Kal 2 : Sur les pas du père
  • Amar Moonesamy, 17 ans, meurt d’une «overdose» de drogue synthétique | Veena, sa mère : «Nous voulons des réponses pour faire notre deuil»
  • Coronavirus : Le message d’espoir du Dr Sumayyah Hosany en Chine
  • Chelsea vs Man Utd : Lampard vs Solksjaer, opposition de styles
  • Terry, 13 ans, atteint d’une maladie cardiaque | Annabelle, sa maman : «Aidez notre fils à avoir un nouveau cœur»

Robin et Jenita Ramlagan périssent dans un accident à Mare d’Albert | Ronny Ramlagan : «Li bien difisil pou aksepte lamor mo frer ek mo belser»

Le couple laisse derrière lui une fille de 10 ans.

Robin Ramlagan, 31 ans, et son épouse Jenita, 28 ans, sont décédés dans un terrible accident de la route, le dimanche 19 janvier, quand leur moto a heurté un van, à Mare d’Albert. Le couple revenait du Plaisance Shopping Mall où ils avaient assisté au match opposant Liverpool FC à Manchester Utd. Ils laissent derrière eux leur fille de 10 ans. Leurs proches, anéantis, témoignent.

Elle n’a que 10 ans. Et l’insouciance des enfants de son âge. Jusqu’à récemment c’était une petite fille joviale, qui se préparait à prendre part aux examens du Primary School Achievement Certificate (PSAC) cette année. Mais ça, c’était avant. Avant qu’elle ne se retrouve plongée au cœur d’un horrible drame qui la prive d’un seul coup de ses deux parents. Robin et Jenita Ramlagan, 31 ans et 28 ans respectivement, sont décédés dans un accident de la route dans la soirée du dimanche 19 janvier. Ils circulaient à moto sur la route principale de Mare d’Albert quand leur deux-roues est entré en collision avec un van, qui ne s’est pas arrêté après l’impact.

 

Le conducteur, un coiffeur de 43 ans, s’est constitué prisonnier plus tard au poste de police de Rose-Belle. Il a ensuite été conduit au poste de police de Plaine-Magnien pour les besoins de l’enquête avant de passer la nuit en détention à Chemin-Grenier. Son alcotest s’est révélé négatif et une accusation d’homicide involontaire pèse sur lui.

 

Dans sa déposition, il explique qu’il n’a pu éviter la Yamaha qui aurait quitté sa voie pour venir heurter son véhicule. Les proches de Robin ont cependant un autre avis. «Lapolis dir nou van-la kinn kit so lane pou tap ek motosiklet mo frer. Nou les la police fer so travay», explique Ronny, le frère aîné du jeune homme décédé. Il n’y a aucun témoin, selon la police, pour confirmer ou infirmer une thèse ou l’autre. L’enquête se poursuit pour faire la lumière sur les circonstances de ce drame.

 

Quoi qu’il en soit, Robin et Jenita Ramlagan laissent derrière eux une famille effondrée par ce double drame qui leur enlève deux êtres chers d’un coup. Mais c’est surtout leur unique enfant, une fille de 10 ans, qui est au cœur de toutes les préoccupations. «Elle ne semble pas très affectée pour le moment. Nous ne savons pas encore si le décès de ses parents aura de graves répercussions sur elle et son avenir», confie Sadna Ramlagan, 53 ans, la mère de Robin. Avec son époux Raj, 60 ans, ils ont pris la responsabilité de la petite. Ils s’efforcent de l’entourer et de la soutenir du mieux qu’ils peuvent dans ce moment très difficile. Cela avec l’aide de toute la famille, notamment leur fils aîné Ronny qui habite la même maison qu’eux.

 

La fillette vivait déjà en grande partie chez ses grands-parents paternels à Mahébourg. Comme elle fréquente l’école primaire de cette localité, elle passait toute la semaine à Mahébourg et rentrait chez elle, à Plaine-Magnien, le week-end pour être avec ses parents. «Mais souvent, elle restait sur place car mon frère et ma belle-sœur venaient passer le week-end chez nous», explique Ronny. Il compte maintenant subvenir aux besoins de sa nièce : «Mo pou bizin consider li kouma mo tifi mem aster», souligne le trentenaire, qui prévoit de se marier en août prochain.

 

Sa douleur face à ce drame est immense. Comme pour tous les membres de sa famille et ceux de Jenita. «Li bien difisil pou aksepte lamor mo frer ek mo belser», lâche Ronny, d’une voix cassée par l’émotion. Il précise que les deux tourtereaux étaient inséparables depuis leur rencontre à leur adolescence. Ils étaient au collège ensemble et habitaient la même localité. Aujourd’hui, ils sont unis dans la mort comme ils l’ont été dans la vie. C’est la raison pour laquelle les proches du couple ont tenu à organiser leurs funérailles en même temps.

 

Les dépouilles de Robin et Jenita ont d’abord été disposées devant leur maison à Biswa Lane, à Plaine-Magnien, durant une trentaine de minutes, le mardi le 21 janvier. Ensuite, elles ont été emmenées chez Raj Ramlagan à Mahébourg, pour les rites funéraires, en présence de leurs proches totalement effondrés par un si triste événement. À 11 heures, elles ont été transportées au crématoire de Tombeau, non loin de l’endroit où habitent les deux familles endeuillées.

 

Fan de Liverpool

 

Et dire que le week-end dernier, le couple avait passé des bons moments ensemble. La veille du drame, Robin et Jenita s’étaient rendus à un restaurant de Valetta où les beaux-parents de Ronny les avaient conviés à un dîner. Le dimanche fatidique, ils s’étaient rendus à Ville-Noire pour assister à l’anniversaire du neveu de Jenita. Leur fille se trouvait, elle, chez sa grand-mère maternelle qui habite aussi à Mahébourg. Puis, ils sont rentrés chez eux, à Plaine-Magnien et après une petite sieste, Robin n’a pas quitté des yeux son téléviseur car il attendait avec impatience le début du match opposant les Reds de Liverpool aux Red Devils de Manchester. «Il ne voulait pas rater le match le plus regardé au monde après la finale de la Coupe du Monde. Liverpool menait déjà par un but à zéro lorsqu’à la mi-temps Jenita et lui ont pris la direction de Rose-Belle pour aller dîner au Plaisance Shopping Mall. Ils ont vu la deuxième mi-temps sur place. Sur le chemin du retour, Robin devait être fou de joie car son équipe avait remporté le match par deux buts à zéro», souligne Ronny.

 

Le match a pris fin ce soir-là peu après 22h30 et l’accident qui a coûté la vie au couple s’est produit une heure plus tard. C’est vers 1 heure du matin, avance Ronny, que ses proches et lui ont appris la terrible nouvelle par un appel téléphonique. «Enn kouzin kinn dir mwa ki mo frer inn fer enn aksidan. Enn mari bel sok pou la fami. Ziska ler nou tou res pans zot mem», soupire Ronny. Un commerçant de la localité avance qu’il n’arrête pas de penser à Robin. «Li ti manke fer enn aksidan divan mwa kot magasin Kalachand. Lamor pann rat li dimans la», dit-il.

 

Robin, qui travaillait comme maçon et Jenita, qui était employé à la Cargo Handling Corporation, à l’aéroport, à Plaisance, avaient de nombreux projets comme tous les couples. Ils voulaient surtout terminer la construction de leur maison après 10 ans de vie commune. «Ti res ankor impe travay pou fer dan zot lakaz», souligne Ronny. Robin caressait aussi le rêve de voir les Reds remporter la ligue anglaise à la fin de la saison après 30 ans d’attente. Et il ne chantera plus le fameux You’ll Never Walk Alone qu’il aimait tant, regrette amèrement Ronny qui est également fan du Liverpool FC. Le destin en a malheureusement décidé autrement.