• Forme : 20 minutes de sport à intégrer à la routine familiale
  • Distripharm Ltd, un magasin qui promeut le bien-être de tous
  • Political Financing Bill : l’impasse
  • Laura Béatrice Louis et son monde de fantaisie
  • Harold Leve Hang : Adieux émouvants à un King
  • Chute fatale à la montagne du Chat et de la Souris : Joseph On, la fin tragique d’un amoureux de l’effort vert
  • Leshav Beeharry meurt noyé dans un bassin | Ashiv, son frère aîné : «Il était prévu qu’il intègre l’université de Maurice en août»
  • Aboo Swaley Futta agressé mortellement | Son père : «Ils s’en sont pris à un homme sans défense et sans histoires»
  • L’ADSU sollicite Interpol après la saisie de 92,5 kg de cocaïne
  • Perry Ah-Why : White looks

Aux assises : Roshan Doobraz écope de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse

Shirley Doobraz est morte par asphyxie après que ses vêtements ont pris feu.

Cet habitant de Pointe-aux-Piments était accusé d’avoir mis le feu aux vêtements de sa femme qui est morte asphyxiée après avoir inhalé une importante quantité de fumée. C’était le 1er mai 2012. Il avait plaidé coupable bien qu’il ait toujours assuré que c’était un accident. Sa sentence est tombée le vendredi 14 juin et il a été condamné à 25 ans de prison. Retour sur cette affaire qui avait fait couler beaucoup d’encre à l’époque.

Des regrets et des remords. C’est ce qu’il ressentait, disait-il, après la mort tragique de sa femme Shirley, le 1er mai 2012. C’est pourquoi Roshan Doobraz avait plaidé coupable du meurtre de celle-ci à l’appel de son procès aux assises, le 22 janvier 2019. Il a alors été ramené en prison, alors qu’il était en liberté conditionnelle jusque-là. Cet habitant de Pointe-aux-Piments était accusé d’avoir mis le feu aux vêtements de sa femme, ce qui avait provoqué son décès par asphyxie car elle avait inhalé une importante quantité de fumée. La sentence dans cette affaire est tombée le vendredi 14 juin. Le juge Benjamin Marie Joseph a condamné Roshan Doobraz à 25 ans de prison.

 

Après le décès de sa femme, Roshan avait passé trois mois derrière les barreaux avant de recouvrer la libéré sous caution. Nous l’avions rencontré quelque temps après. «Mon chagrin est immense. Qui aurait cru qu’une pareille chose allait nous arriver ?» nous confiait-il alors. Ce boutiquier qui gérait également un snack semblait rongé par le chagrin et la culpabilité. Le jour du drame, racontait-il, son épouse était allée assister à un meeting politique avec leur fille de 2 ans et serait rentrée dans l’après-midi, ivre et sans la petite qu’elle aurait confiée à d’autres personnes.

 

Roshan se serait alors rendu au poste de police de Triolet pour dénoncer ce comportement. Ce soir-là, confiait-il encore, Shirley n’arrêtait pas de boire et de l’insulter. Il y aurait eu une violente altercation entre lui et sa femme quand cette dernière aurait voulu aller faire un câlin à leur fille qui dormait déjà et qu’il s’y serait opposé. Shirley se serait alors emparée d’un bidon d’essence pour lui faire peur. Il se serait dirigé vers elle pour lui prendre le bidon des mains et dans le feu de l’action, le pied de Shirley aurait heurté une barre de fer disposée dans un coin, elle serait tombée et le contenu du bidon se serait déversé sur elle. Dans la foulée, elle aurait également fait tomber une bougie allumée dans un coin. Et le feu aurait pris à ses vêtements.

 

Roshan aurait récupéré sa fille, puis aurait appelé la police. C’est après cela qu’il aurait éteint le feu qui avait pris aux vêtements de sa femme. Si dans un premier temps, il avait déclaré aux enquêteurs que Shirley s’était immolée, il a fini par changer sa version des faits en ce qui concerne l’incendie accidentel. Roshan a toujours assuré que ce n’était pas dans son intention de tuer son épouse car il l’aimait passionnément.

 

Le juge Benjamin Marie Joseph a considéré le fait que l’accusé a collaboré avec la police et qu’il a agi par exaspération suite au comportement de son épouse. Mais cela ne l’a pas empêché de le condamner à 25 ans de prison pour meurtre.