Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5-PLUS DIMANCHE

Pendant cette période de confinement, profitez de 5-Plus Dimanche, l’express, Business Mag, Weekly, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

  • Suspension de la licence de TOP FM : une action, des réactions
  • Conférence de presse du gouvernement - Pravind Jugnauth : «À ceux qui n’ont toujours pas compris, ressaisissez-vous»
  • Non au confinement de nos libertés de penser...
  • Les entraîneurs face au COVID-19
  • Confinement total : votre santé mentale, ça va?
  • Allez, on aménage son espace de travail
  • Ils bossent de la maison : ces Mauriciens en mode télétravail
  • Maman, j’ai peur… d’attraper le coronavirus
  • Des petites flammes pour nos combattants
  • Ils sont en première ligne de la guerre contre le Covid-19 - Rahul Seeruttun, personnel soignant : «Nous risquons la vie de nos familles pour vous tous»

Disparition en mer de Jean Steward Randamy | Son père : «Chaque seconde qui passe augmente notre souffrance…»

Disparu en mer, un pêcheur officiellement déclaré mort  Quatre ans après sa disparition en mer, le décès de Ram Kona Herkanaidu, a été officiellement déclaré en Cour suprême par la juge Renuka Dabee, le mercredi 29 janvier. Cela, suite aux conclusions soumises par le ministère public qui s’est fondé sur l’enquête policière menée sur la disparition de ce pêcheur alors âgé de 48 ans. Les faits remontent au 9 janvier 2016. Ram Kona Herkanaidu, domicilié à Riambel, et son ami,  André Roland Laramé, étaient sort

Un mois après être sorti de prison pour une affaire de vol, ce jeune homme de 28 ans a disparu en mer à Riambel. Alors que les recherches se poursuivent, son père nous confie sa détresse.

À Riambel, petit village côtier du Sud, le temps chez les Randamy s’est arrêté et l’espoir de revoir Jean Steward, 28 ans, en vie diminue de jour en jour. Jean Maurice est complètement désemparé depuis que son fils, issu d’une fratrie de six enfants, a disparu en mer le mardi 28 janvier. «Je ne dors plus depuis sa disparition. Je vis dans l’angoisse, car je ne sais pas où est mon fils et ce qu’il est devenu. J’espère au moins qu’on retrouve son corps pour que nous puissions faire notre deuil mais aussi comprendre ce qui s’est réellement passé. Mais pour le moment, nous ne savons pas trop quoi faire et chaque seconde qui passe augmente notre souffrance», confie Jean Maurice Randamy, la voix cassée par la souffrance.

 

Le père de famille revient sur les circonstances du drame. «Ce jour-là, il est parti en mer pour pêcher avec ses amis qui habitent la localité. Mais ce n’est que le lendemain que nous avons appris sa disparation. Comme il vit chez une de mes nièces pas trop loin de chez moi, cette dernière m’a informé que Steward n’était pas rentré depuis la veille (NdlR : le mardi 28 janvier). Nous sommes donc tous partis à sa recherche dans la localité.» Jean Maurice Randamy est très remonté quand il se remémore cet instant. Car le présumé accusé s’est joint au groupe sans laisser paraître quoi que ce soit et ce n’est que plus tard qu’une tierce personne confiera qu’il avait aperçu Jean Steward Randamy en mer avec des amis de la localité.

 

«C’est de cette manière que nous avons appris qu’il avait disparu en mer et que ceux qui étaient en sa compagnie ont avoué qu’il s’était retrouvé en difficulté en mer. Je trouve cela très louche que ses camarades soient restés tranquilles au lieu de venir nous en informer le même jour», explique ce père de famille avec émotion. Il avance aussi que chaque jour qui se lève constitue un nouvel espoir pour les siens. «Nous voyons les gardes-côtes et quelques volontaires qui connaissent les lieux plonger et nous attendons leur retour avec impatience. Car je prie non seulement pour qu’on retrouve mon fils mais aussi pour que ceux qui étaient en sa compagnie puissent venir dire ce qui s’est réellement passé ce jour-là. Nous espérons que l’enquête nous apportera des réponses. Car les questions sans réponses nous rongent», se lamente Jean Maurice Randamy.

 

Il confie avec une grande tristesse que cela faisait seulement un mois que son fils, un grand passionné de dessin, avait retrouvé le cercle familial après avoir passé cinq ans en prison. «Il s’était fait piéger par des amis dans une histoire de vol mais depuis la prison, il s’était rangé et se livrait pleinement à sa passion : la peinture.» Le seul souhait de ce père aujourd’hui : revoir son fils. Les recherches en vue de retrouver le jeune homme n’ont rien donné à ce jour.

 


 

Disparu en mer, un pêcheur officiellement déclaré mort

 

Quatre ans après sa disparition en mer, le décès de Ram Kona Herkanaidu, a été officiellement déclaré en Cour suprême par la juge Renuka Dabee, le mercredi 29 janvier. Cela, suite aux conclusions soumises par le ministère public qui s’est fondé sur l’enquête policière menée sur la disparition de ce pêcheur alors âgé de 48 ans. Les faits remontent au 9 janvier 2016. Ram Kona Herkanaidu, domicilié à Riambel, et son ami, André Roland Laramé, étaient sortis en mer pour une partie de pêche dans les environs de La Prairie. Mais comme il n’avait plus donné signe de vie, son épouse avait alerté la National Coast Guard qui avait tout mis en oeuvre pour retrouver les deux pêcheurs. Le 12 janvier 2016, soit trois jours après leur disparition, seule leur pirogue avait été retrouvée. À ce jour, les dépouilles des deux pêcheurs ne sont jamais remontées à la surface.