• Forme : 20 minutes de sport à intégrer à la routine familiale
  • Distripharm Ltd, un magasin qui promeut le bien-être de tous
  • Political Financing Bill : l’impasse
  • Laura Béatrice Louis et son monde de fantaisie
  • Harold Leve Hang : Adieux émouvants à un King
  • Chute fatale à la montagne du Chat et de la Souris : Joseph On, la fin tragique d’un amoureux de l’effort vert
  • Leshav Beeharry meurt noyé dans un bassin | Ashiv, son frère aîné : «Il était prévu qu’il intègre l’université de Maurice en août»
  • Aboo Swaley Futta agressé mortellement | Son père : «Ils s’en sont pris à un homme sans défense et sans histoires»
  • L’ADSU sollicite Interpol après la saisie de 92,5 kg de cocaïne
  • Perry Ah-Why : White looks

Krishna Sadasing, 19 ans, meurt dans une voiture conduite par son frère

Krishna n’a pu terminer sa 3e année d’études en mécanique au MITD.

Il nage en plein cauchemar. Shakir Sadasing, 23 ans et habitant Triolet, est sous le choc depuis qu’il a vu mourir son jeune frère Krishna, 19 ans, sous ses yeux. Il n’a rien pu faire pour le sauver. L’aîné véhiculait son cadet jusqu’à un centre de santé, en compagnie d’un autre jeune homme de 28 ans, quand leur voiture a dérapé pour terminer sa course contre un pylône électrique. C’était dans la soirée du 14 mai. Quand les policiers sont arrivés sur les lieux, ils ont retrouvé la voiture dans un sale état et Krishna coincé sur le siège arrière. Shakir et l’autre passager étaient également blessés. Ils ont été transportés à l’hôpital SSRN où le décès de Krishna a été constaté.

 

Depuis le drame, Shakir, un électricien de profession, s’est muré dans le silence. «So latet fatige», nous confie sa mère. Elle explique que son aîné conduisait son cadet «souffrant» à la Medi Clinic de leur localité lorsqu’il a entendu un grand bruit et a perdu le contrôle de son véhicule. Il a, plus tard, été arrêté et a subi un alcotest qui s’est révélé négatif. Il a également comparu en cour où une accusation provisoire d’homicide involontaire a été retenue contre lui. Il a dû s’acquitter d’une caution pour retrouver la liberté.

 

Les funérailles de Krishna ont eu lieu, le mercredi 15 mai. Sa famille est terriblement affligée par son départ tragique et subit, surtout Shakir qui est rongé par la culpabilité.