• PTr : quand le leadership de Navin Ramgoolam fait débat
  • Triple décès dans un accident | Varsha : «Je n’arrive pas à croire que trois membres de ma famille soient morts»
  • Bibi Nessant Madaree, victime d’un «hit and run» fatal à Phoenix | Ali : «Je lance un appel à témoin pour retrouver le motard qui a tué ma mère»
  • Bulletins retrouvés et contestations : La confusion s’intensifie
  • La somme des doutes…
  • Dr Sleep : Ewan McGregor a le «Shining»
  • Hippisme 34e journée | Opera Royal : message reçu 5 sur 5 !
  • Marjaavaan : Bad boy in love
  • Duke of York Cup | White River : l’épilogue
  • Au Casela : A l’épreuve de l’e-bike safari

Saisie de comprimés de Subutex sur deux enfants utilisés comme mules : L’axe Paris-Plaisance intéresse l’ADSU

Les colis retrouvés dans les bagages des deux frères de 6 et 9 ans.

Il y aurait bel et bien un réseau organisé entre les deux régions, impliquant plusieurs membres d’une famille et des complices. C’est, du moins, ce que pense le quartier général de la brigade antidrogue suite à la saisie de plus de 2 000 comprimés de Subutex d’une valeur marchande de plus de Rs 4 millions dans les valises de deux enfants utilisés comme mules. Ces derniers revenaient de France…

Des passeurs qui sont interceptés avec du Subutex, notamment en provenance de Paris, ce n’est pas du nouveau pour la douane et la police. Les plus grosses prises ont été effectuées sur Christophe Caterino et Cindy Legallant. L’ancien chef de cabine d’Air France avait été arrêté en 2007, avec un record de 51 583 comprimés de Subutex valant Rs 52 millions. La nutritionniste, elle, avait été interceptée la même année avec 21 755 comprimés dans ses valises, estimés à plus de Rs 21 millions. Tous deux revenaient de France au moment de leur arrestation. Toutefois, avec l’éclatement de l’affaire de la semaine dernière, ce serait la première fois qu’une grosse saisie est effectuée sur des enfants utilisés comme mules…

 

Le samedi 11 mai, plus de 2 000 comprimés de ce médicament classé comme une drogue à Maurice, d’une valeur marchande de plus de Rs 4 millions, ont été saisis dans les valises de deux enfants âgés de 6 et 9 ans, qui rentraient «de vacances» passées chez leur grand-mère, en France. Ce qui appuie la thèse de la brigade antidrogue, selon laquelle il existe un réseau bien organisé entre Paris et Plaisance.

 

Les premiers éléments de l’enquête policière indiquent que les deux frères n’étaient pas à leur premier «unaccompanied trip» en France. Cette fois, leur mère et un autre proche ont été placés en détention en venant les récupérer à l’aéroport. Ils font l’objet d’une charge provisoire de complicité pour importation de drogue. La police leur a refusé la liberté conditionnelle lors de leur comparution devant le tribunal de Grand-Port.

 

La brigade antidrogue a aussi recueilli les téléphones de la mère des deux enfants et de l’autre proche arrêté, à des fins d’analyse. Les tablettes des deux frères ont également été saisies pour les besoins de l’enquête. Les limiers veulent surtout retracer les derniers appels et les messages des suspects.

 

À ce stade de l’enquête toujours, la brigade antidrogue n’exclut pas de solliciter l’aide des autorités françaises pour interroger la grand-mère qui a hébergé les deux enfants. Les policiers veulent savoir qui a fait leurs valises et à quel moment un proche du présumé commanditaire est venu déposer le colis contenant les comprimés de Subutex. Certains étaient dissimulés dans un jeu.

 

Le nom d’un trafiquant est notamment cité avec insistance comme étant le présumé commanditaire de cette cargaison. Celui-ci serait un ami de plusieurs membres de la famille des deux garçonnets dont des proches ont déjà été arrêtés pour trafic de drogue dans le passé. Le père des deux enfants, qui a déjà un casier judiciaire, est également recherché pour les besoins de l’enquête. Ainsi qu’un habitant de cité La Cure qui serait très proche du présumé commanditaire de cette importante cargaison de Subutex, utilisé comme médicament de substitution à l’héroïne en France. La brigade antidrogue le soupçonne de faire partie du réseau opérant sur l’axe Paris-Plaisance, dirigé par le présumé commanditaire, des membres de sa famille et des complices.

 

Parmi ces derniers, il y aurait des médecins qui sont soupçonnés de prescrire des comprimés de Subutex en grand nombre en donnant plusieurs prescriptions. Ils se tourneraient ensuite vers des pharmaciens véreux qui leur donneraient les comprimés dont la plupart seront bientôt périmés.

 

Les autorités mauriciennes sont déjà en présence d’un rapport préparé par Ally Lazer qui s’était rendu en France en 2010, avant de rentrer dans l’île l’année suivante pour boucler son enquête. «J’avais soumis un rapport à l’ambassadeur de France à Maurice. Quelque temps après, plusieurs membres de la famille d’un trafiquant avaient été arrêtés ainsi que leurs présumés complices à Paris dont des médecins», explique le travailleur social. Celui que le président de l’Association des travailleurs sociaux de Maurice soupçonne d’être un trafiquant serait mêlé à plusieurs affaires de drogue mais n’aurait jamais été condamné. «Akoz samem mo touzour dir ki pli gran obstak dan lazistis se la koripsion. Mo ena konfians dan nou bann institision me pa dan so bann dirizan. Mo dispoze donn prev kouma ena dimounn vann zot konsians dan sertin nou bann institision.»