• Opposition : Un nouveau rôle pour de nouveaux défis
  • Ekaterina Shchukina ou quand le sport redonne un sens à la vie
  • Escrime : Satya Gunput en route pour Tokyo
  • La vie de fashionisto d'Emmanuel
  • En attendant le phénomène DJ Snake
  • Tavish Ausman plaide non coupable du meurtre de Yeshna et Reshma Rughoobin | Les proches des victimes racontent leur insurmontable souffrance
  • Elections 2019: vieux routiers, ils remettent ça !
  • Lisa Ducasse : Zazie, L’Olympia et moi
  • KyodoKyokushin Polish Cup : Du bronze pour Answaar Carmally
  • Turbanish by Kensley Suddoo : Oriental fashion touch

FaceApp : c’est toute une histoire

Les photos de papis et de mamies inondent les réseaux sociaux. En d’autres termes, il s’agit du #faceappchallenge qui consiste à utiliser l'application russe FaceApp pour reproduire un cliché de vous en plus vieux. Un défi rigolo et avec des résultats convaincants, qui a gagné le monde (y compris l'île Maurice) mais qui a aussi créé la polémique durant la semaine écoulée. Suscitant beaucoup d'interrogations et remettant sur le tapis tout le débat sur la protection des données privées. Faut-il avoir peur ? Voici des pistes qui pourraient rassurer… ou pas.

 

L’application FaceApp n’est pas une nouvelle venue dans le monde de la mobilité. De plus, elle n'en est pas à sa première polémique. Sortie en 2017, l’application avait fait parler d’elle avec un filtre qui avait la prétention de vous rendre plus blanc, plus afro-américain ou plus asiatique. Ce qui avait fait un tollé sur la Toile. Du coup, les développeurs ont par la suite enlevé cette option. Sans oublier un autre filtre, controversé lui aussi, qui vous faisait changer de sexe sur la photo (Gender Swap Filter)… Les résultats étaient bien foutus, avec un système d'algorithmes et d'intelligence artificielle qui propose des résultats précis et réalistes.

 

La récente histoire de jeunes devenus vieux va plus en profondeur. Ce qui fait titiller : votre photo est envoyée sur un serveur quelque part en Russie pour le processing. Alors qu'on aurait été plus rassurés si c'était l'application elle-même qui faisait tout le boulot. Alors que le fameux challenge devenait de plus en plus viral, le lundi 15 juillet, un Software Developer du nom de Joshua Nozzi a affirmé, à travers un tweet, que «toutes vos photos sont téléchargées, que vous le vouliez ou non», sur l’application. C’est bien pour cela que la presse spécialisée a voulu enquêter.

 

Le mercredi 17 juillet, selon le journal The Guardian, un Français exerçant comme chercheur en sécurité informatique et connu sous le pseudo d’Eliott Anderson, a fait des tests. Et ceux-ci concluent que ce n’est que la photo que vous avez choisie qui est envoyée vers le serveur en question. De plus, les développeurs de FaceApp, portés par leur directeur Yaroslav Goncharov, ont démenti les accusations et soulignent que les données des utilisateurs ne sont ni stockées ni envoyées en Russie, et que ce n'est que le gros lot de l'équipe de développement qui est en Russie. Une partie du serveur se trouvant aux États-Unis.

 

D’autres experts, eux, avancent que le traitement de l'image a changé avec le temps et que, par exemple, Google a récemment fait des tests sur près de 8 millions d'utilisateurs et leurs photos. Objectif : évaluer le plus efficacement possible leur système de reconnaissance faciale.

 

À l'heure où nous mettions sous presse, il y avait une demande de la part du sénateur de New York, Chuck Schumer, pour que le FBI enquête sur cette histoire. Pour lui, des données de citoyens américains pourraient partir dans un «hostile foreign power».

 

Alors, rassuré ? De toute façon, tout le monde a déjà vieilli sur l'application !