• Kaz’alala : enn mari lakaz sa !
  • Hippisme 21e journée | Wall Tag comme Cool At Heart
  • La vie de fashionista d'Amy
  • Centre des Dames Mourides : Le théâtre ou l’art de l’apprentissage
  • Anoucheka Gangabissoon : les livres qui me parlent
  • Krsna Bacha : L’appel de l’océan
  • Cosafa Women’s Championship : Sale temps pour le Lady Club M
  • Mystic Creations : Karishma, fabricante de bonheur
  • Les rendez-vous du pape François avec les Mauriciens
  • Piton/Rivière-du-Rempart : Sur le rythme d’une non-campagne

Anas Sakhawoth : «Si le cannabis est dépénalisé à des fins médicales (…) cela nous aiderait»

«Should cannabis be legalised/decriminalised or remain illegal ?» C’était le thème d’un débat organisé par la University of Central Lancashire (UCLan), avec également la participation des étudiants de l’Université de Maurice. Anas Sakhawoth, 20 ans, étudiant en droit à l’UCLan Law School, et l’un des intervenants au débat, nous parle de ce sujet qui occupe l’actualité.

Que pensez-vous de l’idée d’organiser un débat sur le thème «Should cannabis be legalised/decriminalised or remain illegal ?» ?

 

C’était une bonne idée de proposer un tel débat autour de ce sujet. Et ce qui en est ressorti est très intéressant. En y participant en tant que jeune et étudiant en droit, j’ai eu l’occasion d’interagir avec d’autres étudiants ayant des compétences et la connaissance concernant le problème de drogue à Maurice.

 

Pourquoi avoir choisi de participer à ce débat ?

 

Cela a été un privilège pour moi de représenter mon université et de débattre d’un sujet qui concerne beaucoup de jeunes actuellement. C’est important de s’intéresser à ce qui se passe, surtout lorsqu’on sait que la consommation de drogue chez les jeunes a considérablement augmenté, comme l’indiquait récemment le rapport de la commission d’enquête sur la drogue.

 

Quels sont les éléments qui ont été mis en avant lors des échanges ?

 

Le débat a révélé plusieurs aspects. Premièrement, les effets secondaires et néfastes de la consommation du cannabis tels que la bronchite, le cancer du poumon, l’augmentation du taux d’infertilité ou encore la quantité excessive de THC (tetrahydrocannabinol) qui provoque des lésions cérébrales. Deuxièmement, l’augmentation du nombre d’accidents routiers liés à la drogue a aussi été mise en avant. Nous avons aussi évoqué le fait que différentes religions à Maurice condamnent tous les types de drogue car ils sont nuisibles à la santé. L’impact négatif que la légalisation du cannabis pourrait avoir sur les jeunes a aussi été abordé.

 

Et qu’en est-il des conclusions du débat ?

 

Les opinions sont divergentes sur ce sujet et selon mon analyse, les gens présents lors du débat sont d’accord avec la dépénalisation du cannabis dans la mesure où il est uniquement utilisé à des fins médicales. Cependant, la légalisation du cannabis à des fins récréatives est vue différemment.

 

Qu’est-ce qu’une telle mesure pourrait changer dans le pays ?

 

Si le cannabis est dépénalisé à des fins médicales pour soigner une maladie grave comme le cancer sous un système strictement réglementé, comme c’est le cas pour la cocaïne, cela nous aiderait sûrement à avoir une population plus saine.

 

Que pensez-vous de la prolifération des drogues de synthèse ?

 

Tout le monde sait à quel point les drogues synthétiques sont néfastes, mais les gens en consomment encore. Qu’en est-il des pays comme le Singapore et la Malaysie ? Il n’y a pas de drogues synthétiques ou du cannabis dans ces pays ? Je pense qu’il faut revoir la Dangerous Drugs Act 2000 sur les drogues dangereuses et insister sur la sévérité de la loi.