• Mannyok, le groupe rodriguais et sa conquête africaine
  • Laurent Combalbert : À la découverte de... ADN Kids
  • National Sports Award 2019 : des étoiles brillantes
  • Bruno Mikale, un coach aux fourneaux
  • Le meurtrier de son fils libéré un jour après sa condamnation | Sunita Darga : «Nous demandons au DPP de faire appel»
  • Love Aaj Kal 2 : Sur les pas du père
  • Amar Moonesamy, 17 ans, meurt d’une «overdose» de drogue synthétique | Veena, sa mère : «Nous voulons des réponses pour faire notre deuil»
  • Coronavirus : Le message d’espoir du Dr Sumayyah Hosany en Chine
  • Chelsea vs Man Utd : Lampard vs Solksjaer, opposition de styles
  • Terry, 13 ans, atteint d’une maladie cardiaque | Annabelle, sa maman : «Aidez notre fils à avoir un nouveau cœur»

Commémoration du 1er février : en attendant le musée de l’esclavage

Plusieurs activités ont rythmé la journée d’hier, notamment l’inauguration de l’Open Air Museum qui est une reconstitution d’un village typique d’esclaves à Trou-Chenille, au Morne. 

Son ombre plane… On en parle et on attend sa réalisation avec impatience. Dans le cadre des activités entourant le 185e anniversaire de l’Abolition de l’esclavage, la création d’un musée de l’esclavage a encore une fois été au cœur des préoccupations.

 

Lors de son homélie pendant la messe du 1er février, en l’église du Saint-Sacrement à Cassis et dont le thème était Mize lesklavaz fer memwar pou nou avanse, le père Alain Romaine a mis l’accent sur la création d’un musée de l’esclavage, attendue depuis des années. «Ce musée permettra au peuple de se réconcilier avec son histoire et sa réalité (…) Nou ena 1 rol sakre pou fer memwar de rezistans ek rezilians. Sa mize-la bizin vinn enn lie sakre. Bann zenes kreol bizin ena enn rol inportan pou zwe», a-t-il souligné.

 

La messe, présidée par le cardinal Maurice Piat, s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités : le Premier ministre Pravind Jugnauth, le président de la République, Pradeep Roopun, le vice-président de la République, Eddy Boissézon, le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo, le ministre des Arts et du Patrimoine culturel, Avinash Teeluck, d’autres ministres et des membres de l’opposition.

 

Dans le cadre des différentes fonctions pour marquer cette commémoration, le Premier ministre a parlé de la restauration et la réhabilitation de certains patrimoines historiques, principalement de l’ancien hôpital militaire qui sera réaménagé en un Musée intercontinental de l’esclavage, à Port-Louis. Il n’a pas non plus manqué de souligner le symbolisme de la montagne du Morne : «Le village du Morne est un lieu sacré qui témoigne d’une grande importance historique (…) Montagne Le Morne ti enn forteres pou bann esklav maron, zordi nou finn inogir enn mize pou bann esklav ek sa montre ki nou pe protez nou bann trezor pou zenerasion fitir.»

 

Le chef du gouvernement a aussi parlé d’un nouveau projet qui sera réalisé en deux phases, a-t-il indiqué. Cette journée commémorative, a souligné Pravind Jugnauth, «est un moyen de démontrer la contribution des esclaves dans la construction de l’histoire du pays». Lors d’un dépôt de gerbes au monument des esclaves à Pointe-Canon, Mahébourg, Paul Bérenger, le leader du MMM, s’est attardé sur la transformation de l’hôpital militaire en musée de l’esclavage et a souligné que le MMM y apportera son soutien. «Nou finn bien ede ousi pou ki bann lie de memwar gagn tou plas ek linportans ki zot pa tiena dan le pase», a déclaré Paul Bérenger.

 

Pendant la matinée d’hier, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a inauguré l’Open Air Museum, qui est une reconstitution d’un village typique d’esclaves à Trou-Chenille, au Morne. L’inauguration de ce projet du Morne Heritage Trust Fund a eu lieu en présence du ministre de la Culture du Sénégal, Abdoulaye Diop, l’invité d’honneur aux célébrations du 1er février, et du ministre des Arts et du Patrimoine culturel, Avinash Teeluck. Le musée en plein air regroupe les activités entreprises par les esclaves à l’époque et le village se compose de maisons en paille et on y trouve aussi plusieurs objets retraçant cette partie de notre histoire.