• Législatives 2019 : Candidats de nouveaux petits partis, ils font leur baptême du feu
  • Yousouf Elahee : et s’il était…
  • Haltérophilie : Maurice organisera les Championnats d’Afrique de 2020
  • A_Rad Creations ou la mode autrement
  • Anou Protez Nou Bann Zil… du Nord
  • Louis Joseph Emilie identifié quatre jours après son accident : les interrogations persistantes de sa famille
  • Kick-Boxing - Championnats du monde seniors low kick : À la recherche d’une couronne mondiale
  • Keycie, 4 ans, agressée à la hache et au couteau par son oncle | La mère de la fillette entre choc, angoisse et incompréhension
  • Le père Moctee condamné à trois ans de prison pour abus sexuel sur mineur | Les parents de la victime : «Difficile de pardonner et d’oublier»
  • Miss Mauritius 2019 : Quand Angélique Sanson se dévoile

Jean-Claude Véder : «Le message que le pape va délivrer chez nous aura une répercussion sur la société mauricienne»

Le jour de la visite papale se rapproche à grands pas. Ce rendez-vous du 9 septembre est très attendu par les Mauriciens. Le père Jean-Claude Véder, responsable de la liturgie pour la messe à Marie-Reine-de-la-Paix, fait le point sur les préparatifs et nous parle de la portée symbolique de cette visite.

Comment se passent les préparatifs dans le cadre de la visite du pape ?

 

Les préparatifs se passent très bien. Tout s’emboîte. Les choses se mettent en place tout doucement, petit à petit. On a commencé à travailler à partir du mois d’avril et, du coup, on n’a pas été pris de court par tout ce qu’il faut faire. D’autre part, les différents comités qui ont été mis en place assurent chacun une part du travail. Chacun assume ses responsabilités. Concernant la messe qui se déroulera le 9 septembre à Marie-Reine-de-la-Paix, le service d’ordre et le service d’accueil sont déjà à pied d’œuvre.  Dans l’ensemble, tout est en train de bien se dérouler.

 

Qu’est-ce qui a été fait et qu’est-ce qui reste à faire ?

 

La messe est l’élément central de la visite papale et de ce côté, tous les préparatifs vont bon train. Du côté de la chorale, qui se compose de près de 200 personnes, et d’une vingtaine de musiciens, tout est sous contrôle. Ils travaillent tous d’arrache-pied depuis plusieurs semaines déjà. La liturgie a aussi déjà été approuvée par Rome. Pour la cérémonie qui va refléter notre Église et l’Église de l’océan Indien, on va accueillir des délégations de Rodrigues, des Seychelles et de La Réunion. Des Chagossiens et des personnes d’Agalega seront aussi des nôtres. Il y aura aussi des clins d’œil particuliers. Le psaume, par exemple, sera chanté en quatre langues et a été composé par un Mauricien, et il y aura aussi une surprise pour le pape. Toutefois, on ne va pas tout dévoiler. Il y aura aussi des chants connus, des chants de foule, des chansons que tout le monde pourra chanter pour exprimer la joie et participer à cette célébration très spéciale. 

 

Et quelle est l’importance de cette visite papale, d’une part pour l’Église mauricienne, et d’autre part, pour le pays ?

 

Le pape est le responsable de l’Église catholique, de l’Église universelle. Il est le successeur de Pierre, qui a reçu la mission de conduire l’Église de Jésus. Le pape est situé dans la chaîne depuis Pierre jusqu’à aujourd’hui. Il est celui qui, par la transmission, a reçu la mission et la responsabilité de conduire l’Église.

 

«Pape» veut dire «papa».  On va ainsi l’accueillir comme quelqu’un de notre famille. Il y a certes un engouement autour de cette visite. Il y a un lien très fort entre les gens et le pape : tout le monde veut le voir. Le nombre de personnes qui me disent qu’elles veulent le voir ou encore le prendre par la main, nous montre toute l’affection qu’elles sont pour lui. On l’a dit : on ne veut pas faire du pape une idole. C’est un homme, c’est un humain, c’est un disciple du Christ. Il est comme un père de famille, pour l’Église catholique mais aussi pour la famille mauricienne.

 

Quand il vient, le pape François vient avec un message de paix et d’amour et, aujourd’hui, on a tous besoin d’entendre des paroles positives, des paroles qui nous font avancer, des paroles de construction. C’est tout cela que les gens voudraient ressentir. Nous avons tous aujourd’hui, des soucis et des complications, et nous avons besoin de ces messages encourageants.

 

Pour beaucoup de personnes dans le monde, l’île Maurice est un point perdu dans l’océan. Donc, quand le pape se déplace avec quelque 80 journalistes, sa visite a, là, une portée universelle. Je crois que ce qui va toucher les gens à travers le monde, c’est ce que l’île Maurice est dans la profondeur de son âme. Le message que le pape va délivrer chez nous aura une répercussion sur l’âme de la société mauricienne. On voudrait, de par la célébration à Marie-Reine-de-la-Paix que le pape voie un peu de l’île Maurice de par sa population.  On connaît un pays à travers sa population. Tous ceux qui viennent dans notre pays sont touchés par l’accueil des Mauriciens et je pense que les Mauriciens lui réserveront définitivement un bel accueil.

 

On dit souvent du pape qu’il est imprévisible. Qu’est-ce qui le rend différent ?

 

Chaque pape a son charisme. Le pape François pratique la proximité avec les personnes. On dit de lui qu’il est imprévisible de par certaines de ses actions. Il y a quelqu’un qui nous a raconté une anecdote sur ce trait de son caractère. Quand il est dans sa papamobile, il s’arrête normalement à certains lieux selon le protocole. Mais lui, à un certain moment, il a tapé sur la tête de son chauffeur et il lui a dit «fermati, fermati», en Italien ce qui veut dire «arrête-toi». Il s’est arrêté et a pris un enfant dans les bras. Il se distingue aussi de par ses prises de position. Par exemple, il n’arrête pas de parler des migrants, des peuples qui quittent leurs pays, qui fuient à cause de la guerre. Il est aussi très intéressé par la question de l’écologie. Certes, d’autres papes se sentaient aussi concernés par ce sujet mais pour le pape François, c’est quelque chose de capital. C’est aussi un pape qui ne veut pas que l’église reste dans les sacristies. Pour lui, l’église a le devoir de sortir, d’aller à la rencontre des gens. Il insiste sur ce fait. Il ne veut pas d’une église qui sent le renfermé.

 

Et comment se passe la collaboration avec les autorités ?

 

Il y a des rencontres régulières et la collaboration se passe très bien.

 

Comment est-ce que les Mauriciens pourraient contribuer à faire de cet événement un succès ?

 

Les Mauriciens peuvent contribuer à faire de cette visite un succès en se déplaçant pour la messe d’abord. Ce n’est pas réservé qu’aux catholiques. Tout le monde, tous les Mauriciens sont invités pour un temps fort de prière. J’invite donc les Mauriciens à venir ce jour-là à 12h15 à Marie-Reine-de-la-Paix pour écouter le message du pape pour nous, les Mauriciens. J’avais été assisté à la célébration de remerciements à nos athlètes après les Jeux des îles, et c’était extraordinaire de ressentir l’union au sein du peuple mauricien. Nous avons là un athlète du Christ qui vient. Alors, pourquoi ne pas venir l’accueillir et écouter son message ? Nous sommes dans un pays qui est pluri-religieux, donc chacun, dans sa foi, peut se préparer pour ce moment. Il y a aussi un appel qui a été lancé dans les Églises catholiques pour participer financièrement à cet événement. Même si le gouvernement contribue, l’organisation nous demande quand même beaucoup d’argent. Avec la visite du pape, que toute l’île se sente comme une grande famille. Il est comme un papa qui vient nous visiter.

 

Bio express

 

Né le 15 avril 1963, le père Véder est détenteur d’un doctorat en Théologie (Saint-Anselme, Rome). Il est le responsable du Sanctuaire du Montmartre et du Thabor, membre de la Commission de théologie pastorale de la CEDOI, délégué épiscopal au Service diocésain de la formation et directeur de l’Institut Cardinal Jean Margéot (I.C.J.M.)

 


 

Tout un spectacle dédié à Père Laval

 

De quoi apprendre, et de quoi s’inspirer. Pas moins de 18 représentations du spectacle Père Laval, Li Touzour La seront jouées à l’église St-François-Xavier, à Port-Louis. Les premières représentations ont commencé le samedi 24 août et elles dureront jusqu’au 14 septembre. Le spectacle a été écrit et mis-en-scène par Daniel Facérias. C’est une troupe de 40 figurants et comédiens qui a la tâche inspirante de raconter l’histoire du Père Laval. Il s’agit d’une initiative de la Diaconie de la Beauté et du collectif Zenfants Père Laval, dans le cadre de la visite du pape, prévu pour le 9 septembre.

 

Billets en vente et horaires disponibles surle Rézô Otayô (Tel : 466 9999) à Rs 200 et Rs 100 (enfants de 3 à 12 ans).