• Mannyok, le groupe rodriguais et sa conquête africaine
  • Laurent Combalbert : À la découverte de... ADN Kids
  • National Sports Award 2019 : des étoiles brillantes
  • Bruno Mikale, un coach aux fourneaux
  • Le meurtrier de son fils libéré un jour après sa condamnation | Sunita Darga : «Nous demandons au DPP de faire appel»
  • Love Aaj Kal 2 : Sur les pas du père
  • Amar Moonesamy, 17 ans, meurt d’une «overdose» de drogue synthétique | Veena, sa mère : «Nous voulons des réponses pour faire notre deuil»
  • Coronavirus : Le message d’espoir du Dr Sumayyah Hosany en Chine
  • Chelsea vs Man Utd : Lampard vs Solksjaer, opposition de styles
  • Terry, 13 ans, atteint d’une maladie cardiaque | Annabelle, sa maman : «Aidez notre fils à avoir un nouveau cœur»

PTr : quand le leadership de Navin Ramgoolam fait débat

Le leadership de Navin Ramgoolam serait au cœur des discussions…

A-t-il toujours la légitimité pour rester aux commandes du PTr ? Devrait-il céder sa place à quelqu’un d’autre ? Le leadership de Navin Ramgoolam au sein de son parti est au cœur des discussions…

«Pena okenn issue entre Navin Ramgoolam ek mwa lor le fe ki mo bizin sed mo plas ou pa dan  no 5. Je ne sais pas d’où émane cette histoire mais il n’est question de rien !» C’est ce que nous a confié Ranjiv Woochit, l’élu rouge de Pamplemousses/Triolet, dans la matinée du samedi 16 novembre. Il répondait aux rumeurs à l’effet qu’il pourrait se sacrifier et provoquer une partielle dans la circonscription n° 5 pour permettre un retour en politique du leader du PTr.

 

Cette histoire de «sacrifice» et de «partielle» fait surface alors que l’avenir politique de Navin Rangoolam est au cœur des préoccupations depuis sa deuxième défaite consécutive à des élections générales, ce qui remet en question son leadership au sein du PTr.

 

Partira, partira pas ? Le sujet fait de plus en plus débat, d’autant que les charges qui pesaient sur lui dans l’affaire des coffres-forts saisis à son domicile ont été rayées le vendredi 15 novembre. Pour certains, cette décision de la cour pourrait permettre à Navin Ramgoolam de se refaire une santé politique et de se repositionner sur l’échiquier politique. «La verite pe eklate (...) 11 charges ont été rayées, je vous laisse tirer vos propres conclusions», a confié le principal concerné après le jugement, paraissant plus apaisé après les jours houleux qui ont suivi sa défaite au n° 10. Toujours est-il que depuis la fin des élections, les spéculations vont également bon train concernant des contestations de son leadership au sein du PTr.

 

Interrogé, Kevin Boodhoo, qui était Campaign Manager lors des législatives, balaie d’un revers de la main toutes les rumeurs allant dans ce sens. «La question ne se pose même pas. Le moment n’est pas propice pour parler du leadership à la tête du parti, chose qui sera discutée dans les instances du parti. C’est une décision qui revient à l’état-major du parti. Nous saluons tous la nomination d’Arvin Boolell comme leader de l’opposition.»

 

Toutefois, dans des courriers publiés dans l’express du 15 novembre, deux proches des Rouges, Yatin Varma et Rama Valayden, s’interrogent sur le leadership de Navin Ramgoolam. «There was a time, when Ramgoolam was bigger than the party but today the party is bigger than him. The party should realize that it can survive and win without Ramgoolam», écrit Yatin Varma. Rama Valayden est sur la même longueur d’onde. «In the interests of Labour Party Navin must go. Prepare the next generation… Ramful, Varma, Shakeel-Osman-Fabrice and so many others can do it. Sorry if I hurt some of my friends but the time is before the municipal and village elections which will come very quickly… Let the youngsters sharpen their teeth and the Ramgoolam-Boolell and Bachoo can be discreet mentors (…)»

 

Navin Ragoolam a-t-il toujours la légitimité pour être leader du PTr ? L’observatrice Manisha Dokhony donne son avis : «Je trouve le questionnement de Yatin Varma très révélateur. Il semble qu’il y a comme un déphasage entre l’électorat, le pays et le PTr. Changer de leadership est une question mais le fonctionnement interne d’un parti doit aussi faire partie de la réflexion.» Il faudra attendre encore pour voir s’il y aura du changement à la tête du PTr…