• Amar Moonesamy, 17 ans, meurt d’une «overdose» de drogue synthétique | Veena, sa mère : «Nous voulons des réponses pour faire notre deuil»
  • Coronavirus : Le message d’espoir du Dr Sumayyah Hosany en Chine
  • Chelsea vs Man Utd : Lampard vs Solksjaer, opposition de styles
  • Terry, 13 ans, atteint d’une maladie cardiaque | Annabelle, sa maman : «Aidez notre fils à avoir un nouveau cœur»
  • Maha Shivaratree : sur les traces du dieu Shiva
  • Nouvelle saison chez les Rouges !
  • Raj Callychurn : SAJ Story
  • Pistes cyclables à Maurice : Le salut des vélos
  • Michael Chelvan : la passion gravée dans le bois et… d’autres matières
  • Agressée par son aîné, Unrowtee Callikan succombe à ses blessures | Toolsee, le frère de la victime : «Elle vivait un enfer avec son fils toxicomane»

Jean Christophe Meunier, artiste aux doigts de fée

Une passion, un métier, un rêve devenu réalité. Car Jean Christophe Meunier est artiste-peintre depuis une quarantaine d’années. Dans son atelier, on retrouve à chaque coin, des tableaux illustrant les femmes, surtout des piqueuses d’ourites, et la pêche. D’ailleurs, en ce moment, plusieurs sont en vente, dans une fourchette de Rs 1 000 et Rs 60 000. Et si vous êtes dans le coin, vous pouvez le croiser tous les samedis au marché de Port-Mathurin.

 

Jean Christophe Meunier se lance dans la peinture à 14 ans, grâce à une touriste qui loge dans le gite de son père. Il commence à peindre avec elle. Son premier tableau, la dame l’achètera à Rs 500. C’est le déclic : Jean Christophe Meunier se dit qu’il peut peut-être vivre de son art ! Il se lance, comme il nous l’explique : «J’ai enchaîné des petits boulots tout en peignant. J’ai passé quatre ans à Maurice et en France où j’ai exposé mes œuvres. Mais en 2004, j’ai ressenti le besoin de revenir à Rodrigues, l’appel de la terre natale. Et j’ai continué à peindre des tableaux. Tous les samedis, je suis au marché de Port-Mathurin car c’est une plaque tournante où tous les touristes viennent forcement à un moment ou à un autre.»

 

Il nous explique aussi sa fascination pour les piqueuses d’ourite : «C’est parce que la vie d’une piqueuse d’ourite est difficile et démontre la volonté de la femme rodriguaise. Elle doit se lever aux aurores, s’occuper de sa famille, des animaux, avant d’aller faire son boulot. Je suis touché par la force et le courage de ces femmes. Elles sont aussi sexy. Elles démontrent la beauté profonde de la femme avec beaucoup de charme et d’humilité.»

 

Sinon, vous pourrez aussi tomber sur l’un des tableaux de Jean Christophe Meunier quelque part en Europe, car les touristes semblent en raffoler.

 

Joyce Jhabeemissur