• Infections urinaires : quand les enfants sont touchés
  • Hippisme 30e journée | Alshibaa en l’absence de White River
  • «O Re Piya», un spectacle amoureux raconté
  • #FILLTHEBOTTLE, quand Tamarin s’y met
  • Tentative de trafic de drogue via Rodrigues : L’ICAC saisit les biens du commanditaire présumé Teosand Perle
  • Législatives 2019 : Candidats de nouveaux petits partis, ils font leur baptême du feu
  • Yousouf Elahee : et s’il était…
  • Haltérophilie : Maurice organisera les Championnats d’Afrique de 2020
  • A_Rad Creations ou la mode autrement
  • Anou Protez Nou Bann Zil… du Nord

Maïsta, le prof de «Reedukation»

 L’artiste donne le ton sur les photos signées Click Photography.

Jean Christophe L’Omelette récidive. Pour son nouvel album, le monsieur qui se fait appeler Maïsta propose un 18-titres (huit instrumentaux et deux DUB inclus) intitulé Reedukation. Un disque essentiellement seggae, reggae, en anglais, en français, en kreol morIsien, avec une foule de sonorités world music, quand il ne se montre pas ouvertement engagé pour une société meilleure. Un artiste connu pour son franc-parler, auteur du fameux Voler, un peu prof improvisé, qui nous décrit sa salle de classe musicale, rotin au poing ! 

Le rotin bazar et le tableau : «J’aime dire ma façon de penser franchement. L’album ne change pas la donne. Je ne me retiens pas quand je parle de religion, de politique, de l’hypocrisie dans la société. Ce n’est pas tout le temps joyeux mais il y a des réalités qu’il faut dire. C’est pour cela que j’ai opté pour le titre Reedukation. C’est toute une société à refaire, quand on voit vers quels extrêmes les gens peuvent aller pour posséder des biens matériels, par exemple.»

 

Les leçons musicales particulières : «Comme je l’ai dit, je suis très porté sur les textes engagés où je tiens à m’exprimer librement. Il est aussi question de rééducation musicale. Nous vivons dans un pays où tellement de cultures sont présentes. Et avec elles, des musiques propres à chacune. Je trouve ridicule de se cantonner à un seul style alors que tout cela peut se mélanger. C’est ce que j’essaie de faire, par exemple, avec la chanson Shanti qui regorge de sonorités de partout. Reedukation, c’est une belle couleur world music au final.»

 

Les élèves : «Oh, les élèves. C’est tout le monde en fait, tous ceux qui prennent le temps d’écouter l’album. On peut aimer, on peut moins aimer, mais j’essaie de conscientiser, d’être le plus honnête possible et de dire les choses (…) C’est, au final, le public qui doit s’adapter à l’art, et non pas le contraire.»   

 

L’album est déjà disponible sur les plateformes de téléchargement légal, et le sera très bientôt dans les bacs en version physique. À venir aussi de la part de l’habitant de Belle-Mare : le clip de la chanson Shanti, probablement suivi d’un concert, début octobre, avec une tête d'affiche internationale connue. Attendons voir.