• Amar Moonesamy, 17 ans, meurt d’une «overdose» de drogue synthétique | Veena, sa mère : «Nous voulons des réponses pour faire notre deuil»
  • Coronavirus : Le message d’espoir du Dr Sumayyah Hosany en Chine
  • Chelsea vs Man Utd : Lampard vs Solksjaer, opposition de styles
  • Terry, 13 ans, atteint d’une maladie cardiaque | Annabelle, sa maman : «Aidez notre fils à avoir un nouveau cœur»
  • Maha Shivaratree : sur les traces du dieu Shiva
  • Nouvelle saison chez les Rouges !
  • Raj Callychurn : SAJ Story
  • Pistes cyclables à Maurice : Le salut des vélos
  • Michael Chelvan : la passion gravée dans le bois et… d’autres matières
  • Agressée par son aîné, Unrowtee Callikan succombe à ses blessures | Toolsee, le frère de la victime : «Elle vivait un enfer avec son fils toxicomane»

Vainqueurs de SlamUp Poésie 2019 : le Congolais et la petite

Jade et Lionel ont enchanté plus d’un en parlant de la société et d’eux-mêmes.

Le 1er mai, il n’y avait pas que des meetings. Ce jour-là, à Cheb El Culturel, à Beau-Bassin, tout un feu d’artifice de mots explosait lors de la première édition du concours SlamUp Poésie 2019. Les gagnants dans les deux catégories (junior et senior) sont les suivants : Jade Kameereddy, 11 ans, et le Congolais Lionel Ronronoa, 24 ans. Ils ont reçu leur trophée, en attendant leur cadeau : une caméra GoPro et un iPad respectivement.

 

Les deux passionnés de mots avaient proposé chacun deux slams. La petite a slamé sur deux de ses créations (très aidée par sa maman Christelle) : Click, sur la technologie et les jeunes, et So what, sur la différence. Et le grand, étudiant en marketing à l’Université des Mascareignes, est venu avec Le Seigneur des Anneaux où il parle de ses trois «femmes» (la bouffe, le slam et le Congo) et Pourquoi travailler, une improvisation.

 

Ils vivent en tout cas, une belle histoire avec le slam. Pour Jade, élève de Grade 6, tout est partie de son amour pour la lecture. «J’aime beaucoup lire. Et mon premier contact avec le slam, c’était en janvier, lors du festival organisé par Nin’s qui a mis en avant les femmes. Je me suis sentie très à l’aise et j’ai voulu retenter l’expérience. Avec le soutien de Cheb El et du MC Aaron Stewelderson, je me suis lancée à nouveau», confie la jeune habitante de Plaine-des-Papayes. 

 

Son homologue senior, auteur d’un livre À pas d’éléphant, était, lui, sorti troisième lors du dernier tournoi de slam national. Pour SlamUp Poésie, concours plus modeste mais rempli de bonnes vibes, il s’est surpassé. «C’est toujours un gros défi pour moi de slamer. Contrairement à l’écriture, on est devant un public, on n’a pas droit à l’erreur, on affronte le regard des gens», avoue-t-il. 

 

En tout cas, on risque de parler encore de slam dans les semaines à venir, puisque l’équipe bosse déjà sur un autre projet qui, pour le moment, s’appelle Viv Enslam.