• Jeux Olympiques 2024 : préparer les potentiels médaillés dès maintenant
  • Dr Boyzini : retour vers le passé avec «Sold Out» et son tube «Salmi»
  • Hanshini Appanah, coup d’Foodwini
  • Agressé au cutter à l’école : Un ado de 14 ans se retrouve avec 20 points de suture
  • La visite papale à Maurice dans la presse internationale | Quand le monde médiatique parle du modèle de «fraternité» de notre île
  • Des jeunes lui offrent un T-shirt aux couleurs de San Lorenzo : Zoom sur l’équipe de foot préférée du souverain pontife
  • Le pape a dit…
  • Inspecteur Ricardo Hurrhungee : «C’est un honneur d’avoir veillé à la sécurité du pape»
  • Doris David : Ma belle histoire d’amour racontée au saint-père
  • Le temps d’une petite rencontre entre chefs d’États

Sekiro : Shadows Die Twice | Le manchot tranchant

Quelque part au XVe siècle, un samouraï à la prothèse manuelle rôde. Il semble être le seul à pouvoir terrasser le mal dans un Japon tourmenté par la guerre et des êtres surnaturels. Son nom : Wolf. Vous allez en baver avec lui dans Sekiro : Shadows Die Twice, disponible sur PS4, XBOX One et PC. Ce nouveau jeu vient de From Software, responsable de Dark Souls et Bloodborne, qui propose une expérience dure, intense, mémorable.

 

Et si au premier abord, on est en terrain connu niveau gameplay (toujours un bon sens du timing dans les combats ardus avec des mouvements à surveiller et contrer avec d'autres nouveaux mouvements et un level design inspiré avec plusieurs espaces connectés, des petits havres de paix pour resupply et repartir dans le feu de l’action), le jeu va plus loin avec, entre autres, l'ajout de la main mécanique du héros, vrai couteau suisse, quelque part entre l’arme et le grappin. Le level design s’adapte à cet ajout et permet une exploration tout en verticalité, avec une grande place pour des attaques plus subtiles et une infiltration plus marquée d’en haut, qui raviront les fans de la franchise Tenchu dont plusieurs opus ont été développés par ce même studio.

 

Ce n'est pas tout ! Pas d'armure ou de super armes à chercher, vous détiendrez le même «katana» tout au long du jeu. Mais c’est compensé par une foule d'aptitudes et de mouvements destructeurs à débloquer et maîtriser au fil de votre aventure, vous rendant la vie plus facile. Enfin, juste un peu…

 

Et il y en aura de l’exploration dans Sekiro, dans un monde visuellement prenant, où l'on ressent bien la patte artistique à la fois sombre et fascinante d’Hidekata Miyazaki, papa de Dark Souls et Bloodborne. Avec toujours un bestiaire inspiré, qui vous plonge cette fois dans un Japon féodal démoniaque digne des personnages du film d’animation Ninja Scroll.

 

Mais n'allez pas croire que ce sera une promenade de santé, d’autant que vous perdez la moitié de votre XP quand vous mourez ! Si oui, Sekiro Shadows Die Twice vous donne un peu plus de chance d’en finir avec lui (on peut ressusciter, mais cela aura des coûts sadiques qu'on vous laissera découvrir, et pas mal d’aptitudes et d’upgrades vous faciliteront la vie), on reste toujours dans un jeu de From Software, avec du gros challenge plutôt hard core tout au long des dizaines d'heures de jeu à parcourir et des affrontements musclés contre des boss. Mais si vous y mettez de la patience et de la persévérance, vous êtes bien parti pour une odyssée qui ne vous fera pas de cadeau mais qui s'avère, comme d'habitude avec From Software, excellente sur tellement d’autres points.