Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5-PLUS DIMANCHE

Pendant cette période de confinement, profitez de 5-Plus Dimanche, l’express, Business Mag, Weekly, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

  • Suspension de la licence de TOP FM : une action, des réactions
  • Conférence de presse du gouvernement - Pravind Jugnauth : «À ceux qui n’ont toujours pas compris, ressaisissez-vous»
  • Non au confinement de nos libertés de penser...
  • Les entraîneurs face au COVID-19
  • Confinement total : votre santé mentale, ça va?
  • Allez, on aménage son espace de travail
  • Ils bossent de la maison : ces Mauriciens en mode télétravail
  • Maman, j’ai peur… d’attraper le coronavirus
  • Des petites flammes pour nos combattants
  • Ils sont en première ligne de la guerre contre le Covid-19 - Rahul Seeruttun, personnel soignant : «Nous risquons la vie de nos familles pour vous tous»

#Timan : se mobiliser au nom des enfants malades

Karan Juglall espère pouvoir récolter le maximum de fonds possible.

L’association Enn Rev Enn Sourir, qui s’occupe d’enfants malades, a lancé l’opération #Timan afin de récolter des fonds qui visent à financer les soins et interventions chirurgicales. Plusieurs artistes locaux soutiennent cette cause.

La vidéo tourne en boucle sur les réseaux sociaux. Le #Timan interpelle. Très vite, les visages défilent. Sheryl Smith, Linzy Bacbotte, Hans Telvave, Vincent Duvergé et Ornella Laflèche donnent de la voix. «Timan, ce sont tous ces enfants malades, qui ont des cancers, des maladies auto-immunes et qui ne peuvent pas se faire soigner mais avec ton aide, Timan peut continuer à se battre pour sa vie» lancent-ils, faisant écho à l’appel à l’aide de l’association qui milite pour les enfants malades.

 

Enn Rev Enn Sourir, menée d’une main de fer par son fondateur, Karan Juglall, a récemment produit une nouvelle marque de T-shirt portant l’inscription #Timan et dont la vente permettra de financer les soins et les opérations d’enfants malades. L’association se bat depuis trois ans maintenant pour que des enfants malades, issus de familles qui ont du mal à trouver le financement nécessaire, puissent avoir accès aux meilleurs soins disponibles afin de retrouver la santé et poursuivre leur vie normalement.

 

Mais pourquoi Timan ? «C’est en référence à la chanson de Blakkayo que j’aime beaucoup. À chaque fois que je l’écoute, elle me fait penser aux enfants qui doivent mener un combat. C’est la réalité des petits dont nous nous occupons.»

 

Les T-shirts de #Timan seront mis en vente dans les jours qui viennent, en ligne sur le site Teamonite. «Il y aura plusieurs collections comme la Smile Collection avec des smileys et la Gold Collection. Les deux seront lancées le 23 janvier. Nous comptons aussi lancer d’autres produits comme les shorts et les casquettes», indique Karan Juglall.

 

L’association, poursuit-il, compte produire plusieurs collections par an, mais aussi s’investir dans d’autres activités comme une tombola et un concert de charité avec la participation d’une star internationale, qui devrait avoir lieu en décembre. Karan Juglall espère aussi mobiliser des artistes locaux pour former un collectif qui reprendrait plusieurs chansons dont les bénéfices seraient reversés à l’association.

 

Toutes ces activités ont un seul et même but : générer le maximum de fonds pour aider le plus d’enfants possible. L’objectif de l’association est de prendre sous son aile 100 enfants par an. Aujourd’hui, ils sont encore loin du compte. En 2019, 17 enfants ont été pris en charge par Enn Rev Enn Sourir. Cette année, de nombreux enfants sont sur la liste d’attente mais un problème majeur freine l’association. «Depuis que les règlements autour du CSR ont changé, nous avons de nombreuses difficultés. Un enfant ne devrait pas ne pas avoir accès aux soins parce que l’argent manque. C’est pour ça qu’à travers ces activités, nous voulons créer notre propre fonds.»

 

Sheryl Smith, ambassadrice de l’association, est plus que jamais fière du chemin parcouru par Enn Rev Enn Sourir et de ce projet qui vient de naître. La jeune femme sait que l’association peut compter sur la générosité des Mauriciens qui sauront ouvrir leur cœur à la détresse de ces enfants. «Quand on souhaite quelque chose à quelqu’un, on pense avant tout à lui souhaiter une bonne santé. Quand il y a des petits bouts de chou qui ont à peine goûté à la vie, qui ne demandent qu’à vivre et être heureux, je pense qu’il est de notre devoir en tant qu’adultes de leur venir en aide. Pour moi, Timan représente cette démarche. C’est un appel aux Mauriciens pour qu’ensemble, on leur offre une seconde fois le cadeau de la vie.»

 

Lorsqu’elle a entendu parler du projet, Ornella Laflèche, Miss Universe Mauritius 2019, a tout de suite été séduite. «Tant qu’on peut aider, tant qu’on peut amener un changement, il faut foncer. C’est ma philosophie. J’ai pu rencontrer une patiente que suit l’association et j’ai été incroyablement touchée. La vie est importante et c’est de notre devoir de donner un peu de notre temps pour nous impliquer dans la guérison de ces enfants.» #Timan, confie-t-elle, est synonyme d’espoir et mérite qu’on s’y attarde.

 

Un sourire sur les visages

 

Ces enfants, ajoute Ornella Laflèche, sont des battants qui, face à la maladie, font preuve d’un grand courage. Aujourd’hui, tout ce qu’elle souhaite, c’est leur dire qu’il est important de continuer à rêver et qu’ils sont tout aussi capables de réaliser leurs rêves et de mener la vie qu’ils souhaitent.

 

«En contribuant à cette action, nous pouvons mettre un sourire sur le visage de ces enfants malades. J’ai moi-même été souffrante lorsque j’étais petite et je sais à quel point c’est important d’avoir des gens autour de vous qui vous rassurent et qui vous disent que ça va aller. C’est le message que je veux transmettre à ces enfants et aux Mauriciens. Nous pouvons les aider à avoir espoir en la vie et leur permettre d’aller mieux.»

 

Refuser de prendre part à une action aussi importante pour des petits malades ? Cette idée n’a même pas traversé la tête d’Hans Telvave, Make-up Artist. «Quand Karan Juglall m’a approché, j’ai tout de suite été touché. Quand j’entends parler d’enfants qui ont besoin d’aide, ça me ramène à ma propre enfance qui n’a pas été facile. Lorsqu’on est tout petit, tout ce que l’on souhaite, c’est d’être protégé. #Timan est un super projet et c’est avec plaisir que j'y participe.»

 

Le jeune homme invite aujourd’hui les Mauriciens à ouvrir leur cœur à ces enfants souffrants afin de leur apporter aide et soutien. «Des fois, on dépense des sommes astronomiques dans des choses futiles. Acheter ce T-shirt est un petit effort que l’on peut faire pour aider à la survie de ces enfants. Cela peut sauver des vies.»

 

Pour Linzy Bacbotte, il était évident de participer à cet élan de solidarité en faveur des enfants malades. Au fil des années, l’artiste a multiplié les engagements au niveau social. Un must pour la chanteuse. «J’estime avoir eu beaucoup de chance au cours de ma vie, de ma carrière. Aujourd’hui, il me semble important d’apporter un peu de ma contribution pour que les choses avancent dans le bon sens.» #Timan, dit-elle, est un beau projet sur lequel on mérite de s’attarder. En tant que femme et maman, ce projet l’a profondément touchée, la poussant à prendre part à cette opération.  «Souvent, on pense que ça ne nous concerne pas, que c’est les autres et pas nous. Mais Timan, ça peut être votre enfant, votre petite sœur, votre petit cousin. Ces enfants ont besoin de notre aide et il est de notre devoir de tout faire pour leur redonner espoir en la vie et mettre un sourire sur leur visage.» Au fond d’elle, elle sait que les Mauriciens, qui ont toujours su faire preuve de solidarité, sauront répondre favorablement à cet appel qui vient du coeur.