• Amar Moonesamy, 17 ans, meurt d’une «overdose» de drogue synthétique | Veena, sa mère : «Nous voulons des réponses pour faire notre deuil»
  • Coronavirus : Le message d’espoir du Dr Sumayyah Hosany en Chine
  • Chelsea vs Man Utd : Lampard vs Solksjaer, opposition de styles
  • Terry, 13 ans, atteint d’une maladie cardiaque | Annabelle, sa maman : «Aidez notre fils à avoir un nouveau cœur»
  • Maha Shivaratree : sur les traces du dieu Shiva
  • Nouvelle saison chez les Rouges !
  • Raj Callychurn : SAJ Story
  • Pistes cyclables à Maurice : Le salut des vélos
  • Michael Chelvan : la passion gravée dans le bois et… d’autres matières
  • Agressée par son aîné, Unrowtee Callikan succombe à ses blessures | Toolsee, le frère de la victime : «Elle vivait un enfer avec son fils toxicomane»

Cyclone : au rythme de l’imprévisible Diane…

Si mercredi, l’île a connu un avis de forte pluie avec des accumulations d’eau dans certaines régions, la fin de la semaine était sous la menace d’une tempête tropicale modérée.

Entre avis de fortes pluies et alertes cycloniques, les Mauriciens ont connu une semaine pluvieuse avec des accumulations d’eau dans certaines régions. Si Diane inquiétait de par sa proximité et la trajectoire qu’elle empruntait, il y a eu, au final, plus de peur que de mal…

Elle a été difficile à cerner. Car, jusqu’au bout, elle a tenu le pays en haleine. Elle, c’est la tempête tropicale modérée Diane qui, pendant presque neuf heures, a fait planer son ombre sur notre île. Nous étions en classe 3 jusqu’à hier matin, samedi 25 janvier. Alors que des rafales de 110 km/h avaient été annoncées comme pouvant affecter le pays et que les risques d’inondations dans certaines régions étaient préoccupantes, il y a eu plus de peur que de mal. 

 

La tempête tropicale modérée est ainsi passée à son point le plus rapproché de Maurice, à environ 40 km au nord de Cap-Malheureux, hier matin, heureusement sans faire de dégâts sur son passage. Le phénomène était au centre de toutes les préoccupations, d’une part à cause de sa proximité avec notre île mais aussi en raison de la trajectoire qu’elle empruntait. Elle était aussi suivie de très près car, avant même d’être baptisée, elle avait déjà causé d’importants dégâts à Madagascar et fait plusieurs morts ainsi que des milliers de sinistrés. Elle a également généré de fortes pluies lors de son passage près des côtes de La Réunion. 

 

Autant de raisons qui font que la station météorologique de Vacoas l’a considérée comme une menace potentielle pour notre île.

 

Depuis le jeudi 23 janvier, quand l’île est passée en alerte 1, les Mauriciens ont vécu au rythme de l’imprévisible Diane, particulièrement les parents car ceux-ci ont dû s’arranger pour la garde de leurs enfants quand le pays est passé en alerte 2 vendredi (les écoles sont alors restées fermées). Ceux qui se préparaient pour la fête de Printemps (célébrée hier), étaient également préoccupés. «On a l’impression que c’est le même scénario qu’en décembre dernier quand on a accueilli 2020 alors que le cyclone Calvinia était dans nos parages. On s’est retrouvé sous la menace de Diane à la veille du Nouvel An chinois», nous confie Elizabeth. Elle se dit toutefois soulagée que Diane ait passé son chemin sans nous affecter.

 

Les risques d’accumulation d’eau étaient bien réels vue que l’île avait été copieusement arrosée quelques jours plus tôt et s’était même retrouvée sous le coup d’un avis de forte pluie mercredi.

 

Pour certaines personnes, Diane était un cyclone très particulier : «J’ai vécu le passage de Diane dans nos parages comme un jour de pluie normal. À certains moments, j’ai même cru qu’il n’y avait pas de cyclone. À Port-Louis, le temps était calme avec juste quelques averses. J’étais à la maison et j’ai regardé la télé», nous confie Warren Etowar, un habitant de Cité La Cure, en nous parlant de son expérience cyclonique. Anna, une habitante de Saint-Pierre, relève aussi l’aspect tranquille et calme de Diane : «Pour moi, c’était business as usual. Il y a eu pas mal de pluie dans ma région mais pas plus de dégâts que ça. J’avais même presque oublié le cyclone. On en a beaucoup parlé et certains ont même paniqué, surtout quand on voit les posts sur Facebook, mais au final, c’était bien plus de peur que de mal.»

 

À 10 heures, hier, la tempête tropicale modérée Diane était centrée à environ 220 km à l’est de Maurice, soit en latitude 20.6 degrés sud et longitude 60.0 degrés est. Elle se déplaçait à une vitesse accélérée vers le sud-est à environ 35 km/h.

 

Selon la station météorologique de Vacoas, la nouvelle tempête tropicale modérée Esami était centrée, à 16 heures, à environ 430 km à  l’est-sud-est de Maurice, soit en latitude 21.0 degrés sud et longitude 62.0degrés est. Elle s’éloigne davantage de notre région et n’influencera pas le temps à Maurice et à Rodrigues. «Toutefois, la situation est suivie de près», assure la météo.