• Amar Moonesamy, 17 ans, meurt d’une «overdose» de drogue synthétique | Veena, sa mère : «Nous voulons des réponses pour faire notre deuil»
  • Coronavirus : Le message d’espoir du Dr Sumayyah Hosany en Chine
  • Chelsea vs Man Utd : Lampard vs Solksjaer, opposition de styles
  • Terry, 13 ans, atteint d’une maladie cardiaque | Annabelle, sa maman : «Aidez notre fils à avoir un nouveau cœur»
  • Maha Shivaratree : sur les traces du dieu Shiva
  • Nouvelle saison chez les Rouges !
  • Raj Callychurn : SAJ Story
  • Pistes cyclables à Maurice : Le salut des vélos
  • Michael Chelvan : la passion gravée dans le bois et… d’autres matières
  • Agressée par son aîné, Unrowtee Callikan succombe à ses blessures | Toolsee, le frère de la victime : «Elle vivait un enfer avec son fils toxicomane»

Eid-ul-Adha : pour honorer la mémoire d’Abraham

C’est le lundi 12 août, qu’aura lieu le Bakrid.

Chaque année, de nombreuses familles musulmanes achètent un bœuf qu’elles vont offrir en sacrifice en l’honneur du prophète Abraham. La célébration de l’Eid-ul-Adha, qui a lieu le lundi 12 août, commémore la soumission de se prophète à son créateur en acceptant de sacrifier son unique fils, Ismaël. Le mufti Raffick Meerun nous rappelle l’essence de cette fête à travers l’histoire d’Abraham. «Le sacrifice du prophète Abraham est un symbole immense de l’amour que nous devons avoir pour notre Créateur. Comme de l’eau dans du coton, son cœur a absorbé l’amour du Seigneur pour qui il était prêt à tout. C’est ce qu’on appelle l’amour divin.»

 

Selon l’histoire, Abraham a reçu un jour un appel d’Allah qui l’a ordonné d’aller quitter son fils dans un endroit désert où il n’y avait aucun signe de vie. Malgré l’amour qu’il portait à cet enfant, il l’a fait sans poser de question. «L’enfant a grandi mais un jour, Abraham a fait un rêve, raconte le mufti Raffick Meerun. Dans celui-ci, Allah lui demandait de tuer son fils en l’égorgeant. Malgré toute la difficulté que cela implique, il a accepté sans opposition car, pour lui, l’amour du Créateur était sa priorité. Mais devant l’amour sans frontière d’Abraham, Allah a finalement remplacé l’enfant par un animal.»

 

C’est en souvenir de cela, poursuit le religieux, que chaque année, la communauté musulmane procède au sacrifice d’un animal. Ce jour-là, petits et grands se rencontrent pour procéder, comme le veut la tradition, au qurbani, un sacrifice qui se fait selon les règles islamiques. Pour notre interlocuteur, le Bakrid rappelle sans cesse le symbole de l’amour du Créateur dans la vie de ses dévots. «Le symbole d’Abraham est un repère pour ceux qui veulent se rapprocher au plus près d’Allah. C’est la garantie de l’humanité et de l’harmonie sur la terre.»

 

Ce jour-là, aucun jeûne n’est permis. Le cœur de tous ceux qui prendront part au Bakrid sera à la fête.