• Mannyok, le groupe rodriguais et sa conquête africaine
  • Laurent Combalbert : À la découverte de... ADN Kids
  • National Sports Award 2019 : des étoiles brillantes
  • Bruno Mikale, un coach aux fourneaux
  • Le meurtrier de son fils libéré un jour après sa condamnation | Sunita Darga : «Nous demandons au DPP de faire appel»
  • Love Aaj Kal 2 : Sur les pas du père
  • Amar Moonesamy, 17 ans, meurt d’une «overdose» de drogue synthétique | Veena, sa mère : «Nous voulons des réponses pour faire notre deuil»
  • Coronavirus : Le message d’espoir du Dr Sumayyah Hosany en Chine
  • Chelsea vs Man Utd : Lampard vs Solksjaer, opposition de styles
  • Terry, 13 ans, atteint d’une maladie cardiaque | Annabelle, sa maman : «Aidez notre fils à avoir un nouveau cœur»

Fête du Printemps : pour que China Town brille de mille feux

Titoni Lam est heureux de voir renaître le quartier de son enfance.

Le Nouvel An chinois sera célébré dans quelques jours et, avec lui, démarrera l’année du Rat. En attendant les festivités, la New China Town Foundation habille le quartier chinois pour que celui-ci soit resplendissant.

Samedi 18 janvier. 10h30. Au cœur de la capitale, une ambiance particulière anime China Town. Entre le flot de véhicules qui envahissent les rues, les marchands de gâteaux cravatte, zinzeli et la cire, les restaurants et les boutiques traditionnelles, les habitants du quartier se mêlent aux visiteurs d’un jour.

 

Si d’habitude, ce lieu emblématique de la culture chinoise vibre au rythme d’une atmosphère 100 % typique, à l’approche de la fête du Printemps, qui sera célébrée le samedi 25 janvier, un air de fête règne au cœur du quartier chinois. Pour la troisième année consécutive, la New China Town Foundation a décidé de préparer et de décorer le quartier chinois pour accueillir le Nouvel An. D’ailleurs, le jeudi 23 janvier aura lieu le festival du China Town. À cette occasion, une parade aura lieu.

 

Pour cela, ils ont fait appel à des volontaires, les jeunes du Scout 19e St Malo et quelques artistes. À l’angle de la route Royale et de la rue Dr Joseph Rivière, un petit groupe de personnes s’activent, pinceaux à la main, faisant fi du soleil et des klaxons qui résonnent. Sur le barrage en tôle rouge qui borde l’ancienne Amicale, ils donnent les premiers coups de peinture de la fresque qu’ils s’apprêtent à réaliser. Pendant plusieurs heures, ils se sont affairés à nettoyer les rues et à les décorer afin de faire honneur à l’année du Rat.

 

Dave est bénévole. C’est une façon pour lui d’apporter une contribution dans l’avancement du pays. «En participant, j’œuvre pour la communauté et le pays.»

 

Entre la distribution du matériel et la supervision des travaux, Kathleen Lai, secrétaire de l’association, a fort à faire. Dans un petit local où sont entreposés le matériel pour le nettoyage, les pots de peinture, les pinceaux, les pochoirs et tout ce dont ils ont besoin, elle essaie de garder un œil sur tout. «Lorsque la fête du Printemps arrive, tout le monde nettoie sa maison de fond en comble pour accueillir la nouvelle année sous les meilleurs auspices. C’est pareil pour China Town. Nous voulons qu’il soit resplendissant.»

 

Depuis la création de la New China Town Foundation par Jean-Paul Lam, redonner au quartier chinois ses lettres de noblesse est devenu l’une de leurs missions principales. «Lorsque nos aînés ont quitté la Chine, ils se sont installés ici. Ils ont ouvert des boutiques, ont contribué au développement. C’était un lieu vibrant. Mais, au fil des années, beaucoup ont déménagé, les enfants sont partis étudier à l’étranger. China Town a commencé à s’éteindre.»

 

Du coup, pour que le quartier chinois ne perde pas son charme et son authenticité, ils rameutent les troupes et enchaînent les projets. «Nous voulons apporter plus de gaieté, plus d’éclat et un coup de boost, et faire que China Town reste un endroit à découvrir», lance Kathleen Lai.

 

Nettoyer les rues, repeindre les murs et les poubelles, installer des fleurs et des lanternes, Céline Lam et Éric Lew, tous deux âgés de 16 ans ainsi que Daryl Lan, 20 ans et Dean Li, 23 ans, s’en donnent à cœur joie.

 

La journée a commencé avec un briefing afin de répartir les tâches. Ils se sont ensuite dispersés dans divers coins du quartier pour se mettre à l’œuvre. «Pour nous, c’est important de participer à cette activité. Nous avons un seul China Town et nous devons le garder en vie,» lance Daryl. S’impliquer ainsi dans la vie communautaire, souligne Dean, n’est pas anodin. «En tant que scout, l’engagement est important. C’est aussi un moyen de montrer aux petits le bon exemple.» Céline et Éric ont, eux, toujours connu le China Town où ils nourrissent de nombreux souvenirs. Ce lieu atypique regorge, disent-ils, de trésors.

 

Titoni Lam, le père de Jean-Paul Lam, n’est jamais bien loin. En l’absence de son fils, qui se trouve en Chine où il a reçu le 2019 Global Overseas Chinese Award, il s’investit à 100 % dans les travaux. Voir China Town reprendre des couleurs et vibrer à nouveau comme ce fut le cas lorsqu’il était enfant est, c’est pour lui la promesse que ce quartier continuera à briller encore longtemps.