• Jeux Olympiques 2024 : préparer les potentiels médaillés dès maintenant
  • Dr Boyzini : retour vers le passé avec «Sold Out» et son tube «Salmi»
  • Hanshini Appanah, coup d’Foodwini
  • Agressé au cutter à l’école : Un ado de 14 ans se retrouve avec 20 points de suture
  • La visite papale à Maurice dans la presse internationale | Quand le monde médiatique parle du modèle de «fraternité» de notre île
  • Des jeunes lui offrent un T-shirt aux couleurs de San Lorenzo : Zoom sur l’équipe de foot préférée du souverain pontife
  • Le pape a dit…
  • Inspecteur Ricardo Hurrhungee : «C’est un honneur d’avoir veillé à la sécurité du pape»
  • Doris David : Ma belle histoire d’amour racontée au saint-père
  • Le temps d’une petite rencontre entre chefs d’États

Ganesh Chaturthi : Les Govinda, une famille au cœur des célébrations

Les Govinda s’apprêtent à accueillir des centaines de dévots chez eux.

Ganesh Chaturthi est l’une des célébrations les plus importantes du calendrier hindou. Cette année, la famille Govinda a mis les petits plats dans les grands pour accueillir et vivre intensément ce grand moment.

19 heures à Midlands. La maison des Govinda commence petit à petit à se remplir. Ce soir, comme tous les autres soirs de ces dernières semaines, petits et grands se réunissent dans la maison familiale pour la traditionnelle séance de prière en vue de Ganesh Chaturthi qui sera célébrée ce mardi 3 septembre. C’est un moment important pour eux comme pour tous ceux de la communauté hindoue qui se préparent à glorifier le dieu à la tête d’éléphant. Ganesh aussi appelé Ganesha ou Ganapati, fils de Shiva et de Parvati, est la divinité la plus populaire de la religion hindoue, celui à qui, dit-on, l’on s’adresse en premier dans ses prières.

 

Moment phare de l’année, Ganesh Chaturthi marque la naissance du dieu de l’intelligence, de la sagesse et de l’éducation, celui à qui les fidèles demandent protection et bénédiction. Pour lui rendre hommage, de nombreuses familles organisent le rituel du murthi sthapana qui est une grande nuit de prière au cours de laquelle les dévots chanteront, danseront et feront des offrandes en son honneur. C’est une tradition à laquelle la famille Govinda ne saurait manquer.

 

Chaque année, ils accueillent chez eux des centaines de fidèles, principalement la famille, les amis, les voisins, les connaissances venant des quatre coins du pays. Ballajee et Rukhmabye, les parents, sont heureux de se livrer à cette tradition. Autour d’eux, toute la famille s’est rassemblée. «C’est une joie extraordinaire d’accueillir cette célébration et le dieu Ganesh chez nous. Ça nous apporte beaucoup de bonheur et un sentiment de satisfaction. On se sent bénis et en paix», confie Ballajee. Si cette fête est propre à la communauté marathi, explique Simla, elle a le don de réunir et de rassembler toute la grande famille hindoue pour qui le dieu Ganesh a une très grande importance.

 

Ainsi, pour accueillir chez eux un tel événement, confie Asha, les préparatifs ont commencé il y a plusieurs semaines. «Il faut nettoyer la maison de fond en comble parce que tout doit être propre pour accueillir cette célébration. On prépare aussi l’autel où sera placé la statue de Ganesh, le murthi comme on l’appelle.» Il y a aussi l’achat d’habits neufs et d’ingrédients pour la préparation des repas et des gâteaux traditionnels comme le kanowla, le modduck et le ladoo, sucreries préférées du dieu Ganesh. Mais, il n’y a pas que cette préparation-là qui compte.

 

Sur un plan beaucoup plus personnel, chaque dévot se met aussi en condition, physiquement et émotionnellement. «Nous faisons 40 jours de jeûne et nous nous concentrons sur la prière. Chaque soir, nous nous rassemblons pour l’aarti. Nous chantons avec tout notre cœur, nous glorifions le dieu Ganesh pour qu’il nous accorde sa grâce», lance Darshini. Toutes ces séances de prière, explique-t-elle, ont une importance particulière. «Nous demandons à Ganesha de venir dans notre maison, dans notre murthi, et de nous bénir de sa présence durant ces célébrations.» 

 

C’est aussi ensemble qu’ils répètent chaque soir les chants et les danses qui animeront la soirée de ce lundi 2 septembre. Une longue nuit, raconte Yesha, pendant laquelle ils ne cesseront de chanter et de danser pour le dieu Ganesh. Ils jouent eux-mêmes des instruments traditionnels, chantent et dansent, des connaissances qu’ils ont acquises depuis l’enfance et qui se transmettent de génération en génération. «Ce soir-là, il ne faut pas qu’il y a ait de longs moments de silence. Il faut que ça reste toujours joyeux et animé. Nous ferons les prières à quatre reprises durant la nuit et entre chaque séance, il y aura les chants et les danses», souligne Darshini.

 

Cette fois, contrairement aux années précédentes, les Govinda ont décidé de prolonger un peu plus les célébrations. L’immersion du murthi, statuette en terre cuite qui est plongée dans l’eau de la mer ou de la rivière après une procession, n’aura pas lieu ce mardi mais le dimanche 8 septembre. Jusque-là, les grandes nuits de prière s’enchaîneront. «Nous pouvons garder le murthi à la maison pour un maximum de dix jours et cette fois, nous avons voulu faire cette promesse. Ça demande plus de préparation et d’implication mais ça nous fait énormément plaisir», lance Simla. De longues nuits que les membres de cette famille vivront dans la ferveur et la foi.