• Législatives 2019 : Candidats de nouveaux petits partis, ils font leur baptême du feu
  • Yousouf Elahee : et s’il était…
  • Haltérophilie : Maurice organisera les Championnats d’Afrique de 2020
  • A_Rad Creations ou la mode autrement
  • Anou Protez Nou Bann Zil… du Nord
  • Louis Joseph Emilie identifié quatre jours après son accident : les interrogations persistantes de sa famille
  • Kick-Boxing - Championnats du monde seniors low kick : À la recherche d’une couronne mondiale
  • Keycie, 4 ans, agressée à la hache et au couteau par son oncle | La mère de la fillette entre choc, angoisse et incompréhension
  • Le père Moctee condamné à trois ans de prison pour abus sexuel sur mineur | Les parents de la victime : «Difficile de pardonner et d’oublier»
  • Miss Mauritius 2019 : Quand Angélique Sanson se dévoile

Raksha Bandhan : Loin des yeux, près du cœur

Yashoda et Vishal ont toujours célébré Raksha Bandhan depuis qu’ils sont petits.

L’un est à Maurice et l’autre à l’étranger. Quand frère et sœur vivent à des milliers de kilomètres, les célébrations du Raksha Bandhan se veulent différentes et fortes en émotions.

Être enfant, faire ses premiers pas et grandir l’un à côté de l’autre, s’aimer profondément, se détester aussi quelquefois. Rire et pleurer ensemble. Faire des bêtises et se faire gronder par les parents. Se raconter des petits secrets, aller à l’aventure, se créer des souvenirs qui durent toute une vie. Avoir un frère ou une sœur, c’est tout ça et bien plus encore. C’est souvent une complicité sans faille, un soutien infaillible et un amour sans limite. Autant de valeurs que célèbre le Raksha Bandhan, cette fête culturelle hindoue prévue pour le jeudi 15 août et qui honore les liens fraternels, qu’ils soient de sang ou de cœur.

 

Petits ou grands, frères et sœurs se rencontreront ce jour-là pour honorer cette union sacrée. La journée débutera avec une prière. La sœur attachera ensuite un petit cordon coloré appelé le rakhi au poignet de son frère qui lui offrira alors un présent. Ce rituel symbolise l’amour fraternel qui les lie à jamais. Cependant, pour ceux qui sont loin l’un de l’autre, les choses ne se passent pas tout à fait selon la tradition. Mais les frères et sœurs trouvent quand même un moyen de marquer cette importante célébration.

 

Cette année, Yashoda Narayana, installée en Grande-Bretagne, sera une fois de plus loin de son frère Vishal. «Enfant, j’attendais toujours ce moment avec impatience, surtout pour les gâteaux et les cadeaux. Je me faisais une joie d’aller au marché acheter son rakhi. Je trouvais qu’il lui irait bien et lui était tout fier de le porter pour aller au travail.» La distance qui existe aujourd’hui entre eux n’enlève rien à l’importance de cette célébration à leurs yeux. «Ça resserre les liens. Alors même si on est loin, on s’appelle ce jour-là pour s’échanger nos vœux. Je prie pour lui et pour qu’il soit toujours en bonne santé et à mes côtés.»

 

Preety et Mervin Aubeeluck non plus ne ratent jamais une occasion de marquer le coup. Très proches et complices, frère et sœur, tous deux installés en France, n’ont jamais été séparés ce jour-là. Mais cette année, Mervin se trouve à Maurice. Pour combler la distance, ils ont trouvé la solution. «Je lui ai envoyé son rakhi par la poste et je réserve son cadeau pour son retour, avance Preety. C’est la toute première fois que nous ne serons pas ensemble. Nous sommes très proches.»

 

Cela fait longtemps que Kerwin et Babita Mohun se sont installés à Jersey, une île anglo-normande. Babita a son frère, Ravi, à Maurice et Kerwin, sa «sœur» Varoona. Même en étant loin de son pays et de ses traditions, le couple respecte toujours le Raksha Bandhan. Babita, par exemple, a trouvé un procédé qui marche pas mal. «On ne trouve pas de rakhi à Jersey. Alors, je m’arrange pour que l’une de mes sœurs à Maurice en achète un et le jour venu, elle l’attache au bras de mon frère en mon nom et, par la suite, on s’appelle.» Pour ce qui est de l’échange des cadeaux, Babita et Ravi ne dérogent pas à la règle non plus. «Ma sœur m’envoie son cadeau par la poste et moi de même, confie Ravi. C’est un moyen pour nous de toujours garder vivant le lien qui nous unit.»

 

Celui qui lie Kerwin à Varoona est très fort. Pourtant, ce ne sont pas les liens de sang mais bien ceux du cœur. Kerwin se rappellera toujours de la naissance de Varoona, sa cousine. «Quand elle est née, elle a tout de suite pris une place très importante dans ma vie, s’émeut Kerwin. Elle est devenue ma sœur et nous ne rations pas une occasion de célébrer le Rakhi. Quand j’ai quitté Maurice il y a 11 ans, c’est la seule chose qui n’a pas disparu de ma vie. Chaque année, malgré la distance, nous trouvons le moyen de célébrer cette fête.»

 

La distance entre Jersey et Maurice n’a jamais compté pour le Rakhi. «Varoona m’envoie toujours le traditionnel rakhi avec une carte et son cadeau par la poste. Dès que je le reçois, je le porte avec fierté et je lui envoie mon cadeau à mon tour.» Et à chaque visite de Kerwin à Maurice, ils s’empressent de se rencontrer pour célébrer le Raksha Bandhan à leur manière.