• Amar Moonesamy, 17 ans, meurt d’une «overdose» de drogue synthétique | Veena, sa mère : «Nous voulons des réponses pour faire notre deuil»
  • Coronavirus : Le message d’espoir du Dr Sumayyah Hosany en Chine
  • Chelsea vs Man Utd : Lampard vs Solksjaer, opposition de styles
  • Terry, 13 ans, atteint d’une maladie cardiaque | Annabelle, sa maman : «Aidez notre fils à avoir un nouveau cœur»
  • Maha Shivaratree : sur les traces du dieu Shiva
  • Nouvelle saison chez les Rouges !
  • Raj Callychurn : SAJ Story
  • Pistes cyclables à Maurice : Le salut des vélos
  • Michael Chelvan : la passion gravée dans le bois et… d’autres matières
  • Agressée par son aîné, Unrowtee Callikan succombe à ses blessures | Toolsee, le frère de la victime : «Elle vivait un enfer avec son fils toxicomane»

Travaux du Metro Express : Curepipe, la déroute

Bien circuler au cœur de Curepipe sera, dans les mois qui viennent, un véritable casse-tête. Certains s’en plaignent déjà. Les Curepipiens et tous ceux qui transitent par cette ville ont pu avoir un aperçu au cours de ces derniers jours. Les nouvelles dispositions routières incluant déviations routières et délocalisation de la gare Jan Palach Nord sont entrées en vigueur le mercredi 5 février, un premier jour qui s’est fait dans la cacophonie la plus totale. Ces changements s’inscrivent dans le cadre des travaux pour la deuxième phase du Metro Express et devraient durer deux ans. Une gare temporaire a ainsi été aménagée en face de l’ancienne Jan Palach.

 

Si les premières journées ont été éprouvantes pour les forces de l’ordre qui ont eu un peu de mal à canaliser les usagers de la gare vers les nouveaux emplacements, elles l’ont été tout autant pour ces derniers. Dans cette cacophonie de klaxons et de foule de gens mêlant collégiens et employés, difficile de se retrouver au milieu de toute cette nouvelle disposition. Isabelle Monique, habitante d’Engrais-Martial, a d’ailleurs eu beaucoup de mal à trouver son autobus. «Je suis un peu perdue et c’est assez dangereux de traverser la route comme ça pour rejoindre la nouvelle gare. Le passage clouté est assez loin.»

 

Dans un premier temps, les autobus effectuant des trajets intra-urbains ont été placés à la rue Chateauneuf mais face à la confusion qui y a régné, la municipalité de Curepipe a pris la décision de transférer à la nouvelle gare les bus desservant les régions Allée-Brillant, Camp-Levieux, cité L’Oiseau, Les Casernes, Malherbes, O’Connor et Wooton. Le maire de la ville de Curepipe, Hans Marguerite, a expliqué que les autobus vides seront stationnés dans l’enceinte de l’ex-UBS Park, situé à proximité du Lycée Labourdonnais. Ce sont les chefs de gare qui devront contacter les chauffeurs d’autobus afin qu’ils viennent récupérer les passagers sur le nouveau site. Un peu plus loin, les travaux battent aussi leur plein à la route Sivananda (à partir de la Pâtisserie Suisse, à côté du pont Rivière-Sèche jusqu’à la station-service Shell de Floréal) qui est fermée à la circulation depuis le 3 janvier. Résultat ? Un trafic routier totalement perturbé. 

 

Si certains sont prêts à prendre leur mal en patience, d’autres ne sont pas de cet avis. à la nouvelle gare, les remontrances se font entendre. Tout le monde y va de son petit commentaire et quand ce n’est pas pour émettre une critique, c’est pour inonder les chefs de gare de questions. Face à tous ces changements, Aisha Doussouruth, habitante de Quartier-Militaire, est complètement abasourdie. «J’ai dû beaucoup marcher et j’ai perdu de temps à chercher. Il aurait fallu une meilleure communication. Là, c’est un désordre pas possible.» Nila Persand de cité L’Oiseau partage le même avis. Selon elle, les changements auraient dû se faire en douceur. «C’est un véritable casse-tête pour le moment.»

 

Dev Rambaccus, qui habite Londres et qui séjourne actuellement à Forest-Side, est heureux de l’arrivée du Metro Express . C’est, dit-il, un signe de développement qui était nécessaire au pays. Cependant, cette nouvelle phase de travaux aurait pu, selon lui, se faire dans de meilleures conditions. «C’est un peu perturbant et en plus, les nouveaux abribus sont assez petits et ne protégeront pas les usagers de la pluie.» Mais voilà, c’est, dit-il, un petit sacrifice en attendant le début d’une nouvelle ère pour la ville de Curepipe.