Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5-PLUS DIMANCHE

Pendant cette période de confinement, profitez de 5-Plus Dimanche, l’express, Business Mag, Weekly, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

  • Suspension de la licence de TOP FM : une action, des réactions
  • Conférence de presse du gouvernement - Pravind Jugnauth : «À ceux qui n’ont toujours pas compris, ressaisissez-vous»
  • Non au confinement de nos libertés de penser...
  • Les entraîneurs face au COVID-19
  • Confinement total : votre santé mentale, ça va?
  • Allez, on aménage son espace de travail
  • Ils bossent de la maison : ces Mauriciens en mode télétravail
  • Maman, j’ai peur… d’attraper le coronavirus
  • Des petites flammes pour nos combattants
  • Ils sont en première ligne de la guerre contre le Covid-19 - Rahul Seeruttun, personnel soignant : «Nous risquons la vie de nos familles pour vous tous»

Affaire ABAIM vs Claudio Veeraragoo : les poursuites abandonnées

Elle a duré près de dix ans. L'affaire qui oppose le groupe ABAIM et Claudio Veeraragoo a connu un dénouement en cour le 16 janvier. Claudio Veeraragoo a abandonné les poursuites contre le groupe. L'interprète du fameux Bhai Abhoo poursuivait ABAIM car, selon lui, quatre de ses compositions se trouvaient sur la compilation du groupe, Rekreasyon, 31 ti parfin nou memwar, sortie en 2009. Les compositions : Mama zordi, Ayo Liza + Lea, Ti kabo dan lamer et Banane ont donc été plagiées.

 

Ce qu’a réfuté ABAIM, soutenant que ces morceaux ont toujours fait partie du patrimoine musical et oral mauricien. La formation a été soutenue par Menwar, l’anthropologue Daniella Bastien et l’ethnomusicologue réunionnaise Fanie Précourt. Du côté de Claudio Veeraragoo, on nous a indiqué que celui-ci s'expliquera sur toute cette histoire dans une conférence de presse cette semaine.