• Jeux Olympiques 2024 : préparer les potentiels médaillés dès maintenant
  • Dr Boyzini : retour vers le passé avec «Sold Out» et son tube «Salmi»
  • Hanshini Appanah, coup d’Foodwini
  • Agressé au cutter à l’école : Un ado de 14 ans se retrouve avec 20 points de suture
  • La visite papale à Maurice dans la presse internationale | Quand le monde médiatique parle du modèle de «fraternité» de notre île
  • Des jeunes lui offrent un T-shirt aux couleurs de San Lorenzo : Zoom sur l’équipe de foot préférée du souverain pontife
  • Le pape a dit…
  • Inspecteur Ricardo Hurrhungee : «C’est un honneur d’avoir veillé à la sécurité du pape»
  • Doris David : Ma belle histoire d’amour racontée au saint-père
  • Le temps d’une petite rencontre entre chefs d’États

Brightburn : l’enfant du mal | Le côté obscur du super

Un petit garçon qui cache de bien sombres pouvoirs…

Maman Tori voulait un bébé mais elle commençait à désespérer avec le temps. Et puis est venu Brandon, un petit gars très doué. Sauf qu’en grandissant, ce dernier va découvrir qu’il a des super pouvoirs. Ce sera le début d’une descente aux enfers qui va n’épargner ni lui ni son entourage. C’est tout le propos de ce Brightburn. Sauf que le petit va sombrer dans le côté sombre de la force, alors qu’il pourrait devenir une sorte de gentil Superman.

 

Du coup, Brightburn, produit par James Gunn (Les gardiens de la galaxie mais aussi Super et Horribilis), détourne les codes du super-héros (comme avec Super, tiens !) pour nous offrir un résultat qui ne manque pas d’humour noir et de grande violence. Lorgnant plus ou moins le cinéma d’horreur. Aux temps de la victoire des films de super-héros dans nos salles, il est bon de voir un petit rebelle comme celui-là.