• Mannyok, le groupe rodriguais et sa conquête africaine
  • Laurent Combalbert : À la découverte de... ADN Kids
  • National Sports Award 2019 : des étoiles brillantes
  • Bruno Mikale, un coach aux fourneaux
  • Le meurtrier de son fils libéré un jour après sa condamnation | Sunita Darga : «Nous demandons au DPP de faire appel»
  • Love Aaj Kal 2 : Sur les pas du père
  • Amar Moonesamy, 17 ans, meurt d’une «overdose» de drogue synthétique | Veena, sa mère : «Nous voulons des réponses pour faire notre deuil»
  • Coronavirus : Le message d’espoir du Dr Sumayyah Hosany en Chine
  • Chelsea vs Man Utd : Lampard vs Solksjaer, opposition de styles
  • Terry, 13 ans, atteint d’une maladie cardiaque | Annabelle, sa maman : «Aidez notre fils à avoir un nouveau cœur»

Brightburn : l’enfant du mal | Le côté obscur du super

Un petit garçon qui cache de bien sombres pouvoirs…

Maman Tori voulait un bébé mais elle commençait à désespérer avec le temps. Et puis est venu Brandon, un petit gars très doué. Sauf qu’en grandissant, ce dernier va découvrir qu’il a des super pouvoirs. Ce sera le début d’une descente aux enfers qui va n’épargner ni lui ni son entourage. C’est tout le propos de ce Brightburn. Sauf que le petit va sombrer dans le côté sombre de la force, alors qu’il pourrait devenir une sorte de gentil Superman.

 

Du coup, Brightburn, produit par James Gunn (Les gardiens de la galaxie mais aussi Super et Horribilis), détourne les codes du super-héros (comme avec Super, tiens !) pour nous offrir un résultat qui ne manque pas d’humour noir et de grande violence. Lorgnant plus ou moins le cinéma d’horreur. Aux temps de la victoire des films de super-héros dans nos salles, il est bon de voir un petit rebelle comme celui-là.