• Opposition : Un nouveau rôle pour de nouveaux défis
  • Ekaterina Shchukina ou quand le sport redonne un sens à la vie
  • Escrime : Satya Gunput en route pour Tokyo
  • La vie de fashionisto d'Emmanuel
  • En attendant le phénomène DJ Snake
  • Tavish Ausman plaide non coupable du meurtre de Yeshna et Reshma Rughoobin | Les proches des victimes racontent leur insurmontable souffrance
  • Elections 2019: vieux routiers, ils remettent ça !
  • Lisa Ducasse : Zazie, L’Olympia et moi
  • KyodoKyokushin Polish Cup : Du bronze pour Answaar Carmally
  • Turbanish by Kensley Suddoo : Oriental fashion touch

Brightburn : l’enfant du mal | Le côté obscur du super

Un petit garçon qui cache de bien sombres pouvoirs…

Maman Tori voulait un bébé mais elle commençait à désespérer avec le temps. Et puis est venu Brandon, un petit gars très doué. Sauf qu’en grandissant, ce dernier va découvrir qu’il a des super pouvoirs. Ce sera le début d’une descente aux enfers qui va n’épargner ni lui ni son entourage. C’est tout le propos de ce Brightburn. Sauf que le petit va sombrer dans le côté sombre de la force, alors qu’il pourrait devenir une sorte de gentil Superman.

 

Du coup, Brightburn, produit par James Gunn (Les gardiens de la galaxie mais aussi Super et Horribilis), détourne les codes du super-héros (comme avec Super, tiens !) pour nous offrir un résultat qui ne manque pas d’humour noir et de grande violence. Lorgnant plus ou moins le cinéma d’horreur. Aux temps de la victoire des films de super-héros dans nos salles, il est bon de voir un petit rebelle comme celui-là.