• Jeux Olympiques 2024 : préparer les potentiels médaillés dès maintenant
  • Dr Boyzini : retour vers le passé avec «Sold Out» et son tube «Salmi»
  • Hanshini Appanah, coup d’Foodwini
  • Agressé au cutter à l’école : Un ado de 14 ans se retrouve avec 20 points de suture
  • La visite papale à Maurice dans la presse internationale | Quand le monde médiatique parle du modèle de «fraternité» de notre île
  • Des jeunes lui offrent un T-shirt aux couleurs de San Lorenzo : Zoom sur l’équipe de foot préférée du souverain pontife
  • Le pape a dit…
  • Inspecteur Ricardo Hurrhungee : «C’est un honneur d’avoir veillé à la sécurité du pape»
  • Doris David : Ma belle histoire d’amour racontée au saint-père
  • Le temps d’une petite rencontre entre chefs d’États

La malédiction de la dame blanche : Les larmes de la peur

Tremblez enfants, femmes et prêtres, une nouvelle trouvaille effrayante est de sortie.

Cette semaine, dans les salles, vous aurez des frissons avec une dame visiblement blanche et bien décidée à vous faire trépasser.

Couvrez-vous ! Enfin, de toute façon, cela ne va pas vous empêcher de la rencontrer, si tel est votre destin. Voici l’effrayante dame blanche. Quand elle arrive, vous l’entendrez pleurer, avant de la voir apparaître toute raidie sous une musique tonitruante… Attention à votre coeur fatigué !

 

La malédiction de la dame blanche parle non pas du fantôme européen qui arpente les rues mais de La Llorona (le film s’appelle The Curse of La Llorona en VO), ectoplasme mexicain qui est une légende urbaine très populaire dans ce pays. Qu’importe, le nam est bien parti pour terroriser une famille dysfonctionnelle dans ce long-métrage. Celle-ci va faire appel à un prêtre. Sauf que ce dernier est lui-même un peu anba-lao face aux événements surnaturels.

 

Ce fantôme, qui visiblement ne connaît pas la déshydratation, est donc bien parti pour vous faire sursauter pendant environ 90 minutes, le tout sonnant comme une copie de The Conjuring. Justement, La malédiction de la dame blanche s’inscrit dans ce qu’on appelle le conjuring verse, c’est-à-dire l’univers où gravite The Conjuring, Annabelle, La Nonne et maintenant cette satanée dame blanche.

 

Donc, on a toujours droit au suspense, au silence, à une scène où l’on sursaute, éclaboussant son voisin de pop-corn et de boisson gazeuse ! Rien de bien nouveau mais les amateurs devraient jeter un œil.