• Jeux Olympiques 2024 : préparer les potentiels médaillés dès maintenant
  • Dr Boyzini : retour vers le passé avec «Sold Out» et son tube «Salmi»
  • Hanshini Appanah, coup d’Foodwini
  • Agressé au cutter à l’école : Un ado de 14 ans se retrouve avec 20 points de suture
  • La visite papale à Maurice dans la presse internationale | Quand le monde médiatique parle du modèle de «fraternité» de notre île
  • Des jeunes lui offrent un T-shirt aux couleurs de San Lorenzo : Zoom sur l’équipe de foot préférée du souverain pontife
  • Le pape a dit…
  • Inspecteur Ricardo Hurrhungee : «C’est un honneur d’avoir veillé à la sécurité du pape»
  • Doris David : Ma belle histoire d’amour racontée au saint-père
  • Le temps d’une petite rencontre entre chefs d’États

L’aventure documentaire US de Jon Rabaud

Monsieur prend l’avion, monsieur a du boulot en matière de cinéma documentaire. Bref, notre compatriote metteur en scène est au pays de l’Oncle Sam pour une aventure qu’il nous décrit…

Il a répondu à un appel à candidatures et tout s’est enchaîné. Durant la semaine écoulée, le metteur en scène mauricien Jon Rabaud (qui a notamment proposé le court-métrage La Rencontre) s’est envolé pour l’Amérique où il participera à un atelier sur le film-documentaire, intitulé 2019 American Film Showcase Documentary Workshop. L’événement se tiendra du 16 au 29 juin, notamment à la School of Cinematics de l’University of Southern California, à Los Angeles. Il nous raconte son parcours…

 

«L’ambassade américaine a lancé un appel à candidatures. J’ai donc envoyé la mienne et j’ai passé un entretien via Skype. Et quelques semaines plus tard, j’ai appris que j’avais été sélectionné», confie Jon Rabaud qui a aussi été directeur de casting sur de gros tournages internationaux pour la gestion de l’équipe mauricienne, notamment sur le film américain Serenity et le long-métrage français Lisa Redler. Dès lors, il se prépare à participer à des ateliers où il apprendra non seulement la conception d’un documentaire de A à Z mais aussi la création d’un réseau pour trouver, par exemple, de quoi financer des projets, sans oublier la recherche de partenaires et comment monter une équipe de tournage.

 

Mais ce n’est pas la première fois que notre compatriote touche à l’univers passionnant du documentaire. «J’ai étudié le documentaire depuis mes débuts. Et durant des années, j’ai travaillé sur plusieurs documentaires», explique le réalisateur. Il poursuit : «Très souvent, dans un projet du genre, c’est avant tout le sujet qui intéresse. Un sujet précis qui suscite un intérêt, la curiosité, chez le cinéaste et le pousse ensuite à en faire un documentaire pour passer un message ou mettre en lumière quelque chose en particulier. Mais très souvent, pour ne pas dire tout le temps, c’est un lien personnel entre le sujet et le cinéaste qui pousse ce dernier à faire un documentaire.»

 

Une fois de retour dans l’île, il croise les doigts pour que ses projets se concrétisent. L’on sait déjà qu’il planche actuellement sur un projet de long-métrage.…