• Nicolas Fanny : D’un défi à l’autre
  • 12th World Open Kyokushinkai Championships : Zakariyya Ozeer impressionné par le niveau de la compétition
  • Jessica Ah-Kee, la vie en papier peint et bien plus
  • AILES : dix ans de combat célébrés
  • Compensation, pensions et salaire minimum : Les syndicats satisfaits mais…
  • Dix ans d’Autisme Maurice : Des mères, un combat, une mission
  • 12es jeux de la CJSOI : Première prise de contact fédérations-ministère
  • À la mode d’Anna Tereshkova Lagaillard 
  • Polémique autour de «Anou Bouzé» | Kendy Mangra : «L’émission passe jeudi et Joanna Bérenger y sera»
  • Radhakrishna Sadien : «La compensation salariale de Rs 300 est insuffisante quand on la compare à l’érosion du pouvoir d’achat»

Future Hope : Quand les enfants peignent Picasso

Pour Marie-Noelle Ramdeen, responsable de l’ong et Jamel Colin de Makadam Phylozophy, l'aventure Guernica placera Maurice sur la carte mondiale.

Livrer un message de paix et d’amour à travers un dessin. C’est l’aventure dans laquelle les bénéficiaires de l’association Future Hope se sont lancés. Ces derniers participent en ce moment au Guernica Kids, un projet qui consiste à réaliser une toile, inspirée de Picasso, qui fera ensuite le tour du monde.

Le projet interpelle et touche. Mettre de la peinture sur des maux, c’est l’aventure dans laquelle les enfants de l’ONG Future Hope se sont lancés. Depuis le 6 avril, ils sont 35 à vibrer au rythme du célèbre Pablo Picasso. Pourtant, la majorité connaît peu, voire ne connaît pas du tout ce peintre légendaire. Pour Future Hope, tout est parti d’une rencontre entre Jamel Colin, de Makadam Phylozophy, et Saradha Soobrayen, une Britannique née de parents mauriciens en Angleterre. Cette dernière est poète et s’intéresse de près à la cause chagossienne. Avec Jamel, qui fait justement partie de la troisième génération des Chagossiens, ils discutent de la communauté, de leur culture, de leur combat. «Dans la conversation, je lui dis que je travaille avec l’association Future Hope qui s’occupe d’enfants issus de milieux difficiles et c’est là qu’elle me parle du projet Guernica et de sa collaboration avec le Dr Nicola Ashmore, responsable du projet», explique le slameur. 

 

Lorsque Saradha Soobrayen lui parle du projet Guernica, Jamel Colin est tout de suite emballé. Guernica, ce mot ne vous dit peut-être rien, sauf si vous êtes un amateur de peinture, plus particulièrement de Pablo Picasso. Ce dernier a peint sur une toile en 1937, s’inspirant du bombardement de la petite ville basque de Guernica par l’armée allemande, qui fait 2 000 victimes, majoritairement des femmes et des enfants. À travers ce tableau, l’artiste symbolise l’horreur de la guerre et des conflits humains, marquant ainsi l’histoire des arts. Symbole fort de la guerre et de ses souffrances, ce tableau a vu naître Guernica Kids, un projet qui consiste à mettre en place des ateliers de peinture pour les enfants afin de créer, comme Picasso, des œuvres qui visent à promouvoir et célébrer la paix dans le monde. Depuis la première édition en 1995 au Japon, le projet a fait le tour du monde, allant à la rencontre des enfants de toutes les nationalités et de toutes les cultures. Aujourd’hui, plus de 250 toiles, du même format que celui de Picasso (7m x 3m), ont été créées.

 

La prochaine toile de Guernica Kids sera donc réalisée à Maurice par les bénéficiaires de l’association Future Hope. Celle-ci s’occupe des enfants hors du circuit scolaire des régions de Ste-Croix et Roche-Bois, et des alentours. L’exercice prendra trois jours, soit du 15 au 17 avril, et se déroulera au centre social de Roche-Bois. Depuis qu’ils se sont embarqués dans cette nouvelle aventure, les enfants et l’équipe de Future Hope ne cachent pas leur enthousiasme et leur joie. Pour Marie-Noelle Ramdeen, responsable de l’association, la fierté de participer à un tel projet est immense. «C’est une grande première, non seulement pour nous mais aussi pour Maurice. Lorsque Jamel nous a parlé de cette expérience, nous avons tout de suite été emballés. Chaque enfant a mis du sien, a dessiné une partie de lui avec son cœur et c’est tout ça qui va créer cette fameuse toile. Elle va voyager dans plusieurs pays avant d’être exposée, peut-être même au musée de Picasso. Nous allons représenter Maurice et, à notre manière, faire flotter le quadricolore.»

 

Pour l’événement, une dizaine de personnes du projet Guernica, incluant le Dr Nicola Ashmore et Saradha Soobrayen, sont actuellement à Maurice. En amont, des ateliers ont eu lieu avec les enfants pour leur parler de l’artiste et leur expliquer le message derrière son œuvre. Pour Marie-Noelle Ramdeen, c’est aussi un moyen pour ces jeunes de s’exprimer à travers l’art. «Nous avons vu des choses qui reviennent dans leurs dessins et qui témoignent chez quelques-uns d’une certaine souffrance. Cette activité nous permet également de mieux les connaître, les comprendre, les encadrer», explique-t-elle.

 

Pour Jamel Colin, l’interrogation du début, c’était de savoir si les enfants comprendraient l’enjeu d’une telle activité et s’ils réagiraient positivement au projet. Des craintes qui se sont vite envolées lorsqu’il a vu l’interaction entre eux et l’équipe de Guernica Kids. «Cette activité a emmené un vent de fraîcheur. Travailler ensemble sur une telle activité, surtout sur quelque chose qui va voyager, ça nous booste à donner le meilleur de nous-mêmes car nous savons que cela va placer Future Hope sur la carte du monde.»

 

Si Jayzz Alfred, 14 ans, ne savait pas grand-chose de Picasso avant de s’embarquer dans cette aventure artistique, aujourd’hui, il prend plaisir à réaliser l’une des toiles les plus célèbres de l’artiste. «Nous avons appris beaucoup de choses. L’ambiance est fun et tout le monde prend plaisir à participer. Le fait de créer cette toile envoie un super message : les enfants mauriciens ont du potentiel et nous sommes fiers de représenter ça ici mais aussi ailleurs.»

 

Des enfants qui parlent d’amour et de paix à travers la peinture. Le message, en effet, est très beau et rappelle celui de Picasso.