Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5-PLUS DIMANCHE

Pendant cette période de confinement, profitez de 5-Plus Dimanche, l’express, Business Mag, Weekly, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

  • Suspension de la licence de TOP FM : une action, des réactions
  • Conférence de presse du gouvernement - Pravind Jugnauth : «À ceux qui n’ont toujours pas compris, ressaisissez-vous»
  • Non au confinement de nos libertés de penser...
  • Les entraîneurs face au COVID-19
  • Confinement total : votre santé mentale, ça va?
  • Allez, on aménage son espace de travail
  • Ils bossent de la maison : ces Mauriciens en mode télétravail
  • Maman, j’ai peur… d’attraper le coronavirus
  • Des petites flammes pour nos combattants
  • Ils sont en première ligne de la guerre contre le Covid-19 - Rahul Seeruttun, personnel soignant : «Nous risquons la vie de nos familles pour vous tous»

Coronavirus : survol de la situation

La maladie progresse. Le monde prend des mesures pour se protéger. Maurice, également. Comme l’a fait savoir au Parlement, le ministre de la Santé, mais aussi le Premier ministre en sortie publique, cette semaine…

Ils s’en vont

 

Les vacances sont finies. Et la majorité des Chinois qui étaient dans l’île, en tant que touristes, ont pris la décision de rentrer chez eux. Si les vols en provenance de la Chine ne viennent plus à Maurice, les départs sont toujours possibles. Au niveau du Passport and Immigration Office (PIO), on affirme que s’ils le souhaitent, ces touristes peuvent étendre leur durée de séjour chez nous.

 

Vos sauces… saines et sauves

 

Si vous craigniez la pénurie de sauce siaw, d’oyster sauce et autres petites choses savoureuses que vous mettez dans vos plats, calmez vos angoisses. Le comité technique mis sur pied par le gouvernement dans le cadre de la prévention du coronavirus est revenu sur sa décision d’en arrêter l’importation de Chine. Les seuls produits qui seront concernés par cette interdiction : les animaux vivants, incluant le poisson.

 


 

Pravind Jugnauth rassure

 

Pas une question de politique. Mais de santé publique. Le Premier ministre l’a déclaré, lors de l’inauguration de l’Area Health Centre de Petite-Rivière, cette semaine. Le coronavirus transcende tout : «Nous avons besoin de la collaboration de tout un chacun.» Et son gouvernement, affirme-t-il, prend les dispositions nécessaires «pour qu’il n’y ait aucun cas ici» : «Il y a des étrangers qui viennent à Maurice. Il y a des mesures drastiques que nous sommes appelés à prendre.» Il a salué les décisions prises, par le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, et celles qui devront être prises par le comité technique, même si elles ont un effet négatif sur l’économie.

 


 

Les derniers chiffres

 

À Maurice. Au New Souillac Hospital : 15 personnes sont en quarantaine. À l’Anse-La-Raie Youth Centre (un nouveau centre de quarantaine mis en place par les autorités), ils sont 27. Au Parlement, le lundi 3 février, le ministre de la Santé, le Dr Kailesh Jugatpal, a fait le point sur les Mauriciens en Chine : 180 Mauriciens s’y trouvent actuellement. Il y en avait 20 à Wuhan ; trois d’entre eux sont rentrés à Maurice et 12 autres sont en quarantaine en France.

 

En Chine. 723 morts. 34 598 cas confirmés, 6 101 cas sévères et 2 052 guérisons.

 


 

Sur le paquebot Diamond : les Mauriciens «se portent bien»

 

 

Le nombre de contamination en hausse. À hier, samedi 8 février, le nombre avait atteint les 64 cas. Le paquebot Diamond Princess est un bateau de croisière en quarantaine, au Japon, depuis quelques jours. Avec ses 3 700 passagers et membres du personnel à bord, dont deux Mauriciens, les choses se compliquent jour après jour pour la vie sur le navire. Néanmoins, selon les autorités mauriciennes, nos deux compatriotes se portent bien. Ils ne présenteraient pas les symptômes du coronavirus et ont été soumis aux examens médicaux nécessaires, a confié, cette semaine, le Dr Vasant Gujudhur, directeur de la Santé publique : «Nous ne disposons pas de plus d’informations au sujet de ces deux Mauriciens. Ils ont été soumis à des tests préliminaires et nous apprenons qu’ils se portent bien.» Pour l’instant, le paquebot et ses occupants sont placés en quarantaine ; les passagers confinés dans leur cabines. Selon les témoignages recueillis par l’AFP, ceux qui se trouvent sur ce bateau parlent d’ennui et de difficulté à vivre dans leurs petites chambres qui, parfois, n’ont pas de hublot. Néanmoins, il a été permis, depuis peu, que des balades sur le pont, en petits groupes et en suivant des consignes strictes, aient lieu.

 


 

Etudiants en France : en attendant la fin de la quarantaine

 

Plus qu’un week-end à tenir. Encore quelques jours à vivre dans la lenteur des heures passées en quarantaine (14 jours au total). Les étudiants mauriciens, qui ont été rapatriés de Wuhan, la semaine dernière, attendent avec impatience de pouvoir rentrer au pays. Ils sont douze à vivre dans une école de pompiers à Aix-en-Provence. Si les conditions de vie sont correctes – chaque Mauricien dispose de sa chambre –, il faut occuper le temps quand on ne peut pas profiter des activités à l’extérieur. Les interactions sont possibles au sein de l’école et dans le jardin, le port du masque est encouragé ainsi que la désinfection régulière des mains. Un carnet de bord des prises de températures est tenu.

 

Les autorités mauriciennes, elles, rassurent : ces étudiants sont en bonne santé. Quand reviendront-ils à Maurice ? Une décision devrait être prise après la quarantaine et le feu vert des autorités sanitaires françaises.

 


 

Arvind Boolell questionne

 

Private Notice Question, conférence de presse… Le leader de l’opposition prend la question du coronavirus très au sérieux.

 

Il a interrogé le Dr Kailesh Jagutpal à ce sujet au Parlement, le lundi 3 février. Le ministre de la Santé lui a, donc, fait un point sur les mesures prises, tout en assurant qu’il n’y a pas de cas de coronavirus à Maurice. Le leader de l’opposition ne s’est pas montré satisfait de ces explications, estimant que certaines mesures avaient été prises tardivement et qu’une chambre à pression négative n’avait pas été prévue au New Souillac Hospital pour empêcher la propagation des bactéries. «Le gouvernement n’a pas été à la hauteur des attentes de la population. Alors que l’intérêt du public est en jeu, le gouvernement met en danger leur état de santé car le risque d’infection est très élevé», a-t-il affirmé.

 

En conférence de presse, le jeudi 6 février, Arvind Boolell a, une nouvelle fois, partagé ses craintes concernant la gestion de la situation par les autorités.