• Opposition : Un nouveau rôle pour de nouveaux défis
  • Ekaterina Shchukina ou quand le sport redonne un sens à la vie
  • Escrime : Satya Gunput en route pour Tokyo
  • La vie de fashionisto d'Emmanuel
  • En attendant le phénomène DJ Snake
  • Tavish Ausman plaide non coupable du meurtre de Yeshna et Reshma Rughoobin | Les proches des victimes racontent leur insurmontable souffrance
  • Elections 2019: vieux routiers, ils remettent ça !
  • Lisa Ducasse : Zazie, L’Olympia et moi
  • KyodoKyokushin Polish Cup : Du bronze pour Answaar Carmally
  • Turbanish by Kensley Suddoo : Oriental fashion touch

Père Laval : un pèlerinage dans l’ambiance d’une visite papale

Cette année, le pèlerinage dans le cadre de la fête du bienheureux Père Laval revêt un cachet spécial avec la visite du pape François qui ira au caveau, le 9 septembre, pour s’y recueillir. Des Mauriciens nous parlent de la particularité des célébrations de cette année…

Comme d’habitude, il y a la ferveur. Mais cette année, elle est particulière. C’est animés d’autres sentiments dans le cœur que les pèlerins se sont déplacés en cette fin de semaine au caveau du Père Laval, à Sainte-Croix. Partout aux alentours, des banderoles avec le visage du pape François et des drapeaux de Maurice et du Vatican – jaune et blanc avec les insignes du Saint-Siège –, attestent de la portée spéciale des célébrations de cette année car le rassemblement au caveau durant le week-end écoulé s’est déroulé dans l’ambiance d’une visite papale qui est très attendue.

 

«Je pense que beaucoup de Mauriciens vont se souvenir longtemps du pèlerinage de cette année, avec la visite du pape. C’est une bénédiction pour le pays et pour la région de Sainte-Croix», nous confie Stella Léonore, une habitante de la rue Capitaine Pontré, non loin du caveau, qui ne cache pas sa relation particulière avec le Père Laval : «Je viens à la messe tous les jours à l’église de Sainte-Croix et je passe systématiquement au caveau pour confier ma famille et mes proches au Père Laval. Je suis vraiment enthousiaste quand je vois toute l’ambiance et les préparatifs qu’il y a dans le pays pour accueillir le pape. Ça nous permet d’oublier un peu les tracas de la vie. On va vivre quelque chose de vraiment unique et fort.»

 

Un peu plus loin, c’est Prestley, que nous retrouvons devant le caveau : «J’étais mobilisé pour aider, le temps du pèlerinage au caveau. C’est vrai que la fête du Père Laval a, cette année, une charge émotionnelle. On sent que tout le monde est content, que tout le monde est fier de l’honneur que nous fait le pape de venir prier avec nous au caveau.»

 

Ce week-end, petits et grands, jeunes et moins jeunes et des Mauriciens de diverses confessions religieuses ont tenu à venir confier leurs prières au bienheureux Père Laval. Humduthsingh Munhurun, qui fêtera bientôt ses 60 ans, n’a pas manqué de venir prier lui aussi : «La beauté de notre île, ce sont ses différentes cultures qui s’entremêlent. On se nourrit tous de nos différences et c’est une richesse. Voilà plusieurs années que je voue une dévotion particulière pour le Père Laval.» C’est le cœur rempli de  joie qu’il est venu, durant le week-end, «adorer» celui qui a une place importante dans toutes ses prières : «Certes, je n’ai pas raté le pèlerinage cette année mais je reviendrai demain pour vivre en direct la visite historique du pape. Je suis un grand fan de course à pied, ce qui fait que ce lundi, je vais courir symboliquement de Castel jusqu’à Marie-Reine-de-la-Paix pour assister à la messe, puis je vais le suivre à pied dans tous ses déplacements jusqu’au caveau. C’est un honneur pour moi d’accomplir ce petit rituel physique.»

 

Derrière la démarche de tous les visiteurs au caveau, à la fin de la semaine écoulée, la même motivation : «Venir se créer des souvenirs.» Ce n’est pas Adriana Genave, Anaëlle Henriette, Angelina Moutou et Anasthasia Bien-Aimé qui diront le contraire. «On sera là, certes, pour partager un moment de prière avec toute l’île Maurice mais aussi pour pouvoir raconter après qu’on était au caveau du Père Laval, ce 9 septembre 2019, quand le pape François est venu le visiter», nous confie Adriana, heureuse de la ferveur qui plane dans l’île.

 

Jérémy Jouana, qui a marché de Quatre-Bornes à Sainte-Croix, reconnaît aussi que les célébrations de cette année ont un cachet particulier. «Ce week-end qui a commencé avec la marche va culminer avec la messe du pape à Marie-Reine-de-la-Paix. C’est vraiment un moment fort qui pour moi restera mémorable. J’ai eu la chance d’être en Pologne pour les Journées mondiales de la jeunesse en 2016. J’y ai vécu un grand moment. Je suis impatient d’entendre le message du saint-père», nous confie le jeune homme qui se prépare à vivre un 9 septembre riche en prières et en émotions.

 


 

Le pape et l’environnement : la pub qui fâche

 

«Mo frer, zet to salte dan poubel stp !» Accompagnant ce slogan, une photo du pape à côté d’une poubelle. «Le pape a dit…», la campagne de sensibilisation du diocèse passe au vert, se voulait être une invitation pour que les Mauriciens arrêtent de polluer. Le diocèse de Port-Louis s’était ainsi allié avec le Collectif Citoyen Maurice Environnement pour que les Mauriciens les rejoignent dans la lutte pour la protection de l’environnement, cela en marge avec la venue du pape François, un fervent défenseur de la nature. «Un message à caractère incitatif, visant à susciter la curiosité mais surtout à captiver l’attention du public», avait ainsi été affiché sur des billboards à travers le pays. Mais le message n’est pas très bien passé auprès de certains Mauriciens, qui ont jugé de «mauvais goût» le fait d’«associer le pape à une poubelle», entre autres contestations dénonçant cette campagne. Devant les critiques et autres commentaires, l’évêché a pris la décision d’enlever les affiches décriées.

 

«En juillet dernier, le Collectif Citoyen Maurice Environnement, a approché la Commission Justice et Paix du diocèse de Port-Louis pour une campagne de sensibilisation autour de la question écologique. Après discussions, la commission présidée par le père Jean Maurice Labour, s’est associée avec le Collectif car cette campagne correspond à son engagement à sensibiliser le public sur les enjeux environnementaux ; des enjeux que le pape François décline dans sa dernière encyclique sur la ‘’sauvegarde de notre maison commune’’», a précisé l’évêché tout en disant comprendre les réactions autour de la campagne : «Nous comprenons que cette campagne d’affichage ait pu susciter des réactions diverses et passionnées dans le public. Sur demande du diocèse de Port-Louis, le Collectif a accepté d’enlever les affiches afin que cette polémique n’obscurcisse pas les autres enjeux de la visite du pape à Maurice.»