Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5-PLUS DIMANCHE

Pendant cette période de confinement, profitez de 5-Plus Dimanche, l’express, Business Mag, Weekly, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

  • Suspension de la licence de TOP FM : une action, des réactions
  • Conférence de presse du gouvernement - Pravind Jugnauth : «À ceux qui n’ont toujours pas compris, ressaisissez-vous»
  • Non au confinement de nos libertés de penser...
  • Les entraîneurs face au COVID-19
  • Confinement total : votre santé mentale, ça va?
  • Allez, on aménage son espace de travail
  • Ils bossent de la maison : ces Mauriciens en mode télétravail
  • Maman, j’ai peur… d’attraper le coronavirus
  • Des petites flammes pour nos combattants
  • Ils sont en première ligne de la guerre contre le Covid-19 - Rahul Seeruttun, personnel soignant : «Nous risquons la vie de nos familles pour vous tous»

Ekaterina Shchukina ou quand le sport redonne un sens à la vie

Elle promeut aujourd’hui l’amour du sport pour une meilleure santé.

Pratiquer une activité physique régulière comporte de multiples bienfaits. Malgré cela, nous sommes nombreux à trouver des prétextes pour l’évincer de notre routine journalière. Mais certaines personnes, à l’instar de la coach Ekaterina Shchukina, ont choisi d’inclure pleinement le sport dans leur mode de vie, surtout quand elles sont confrontées à deux options : la médication à vie ou le sport pour sauver sa vie. Rencontre…

Elle avance et parle avec délicatesse, arborant un sourire qui illumine son visage et fait briller ses yeux bleus. Elle a un côté angélique, même si ceux qu’elle coache la surnomment affectueusement «Hitler Mama», confie-t-elle dans un éclat de rire. «Je ne suis pas méchante, c’est juste qu’en tant que coach, ça ne rigole pas avec moi. Mais je suis aussi très caring, d’où le a.» Pour poursuivre notre brin de causette, Ekaterina Shchukina nous offre un verre d’eau glacé aromatisé au citron et nous taquine gentiment : «Je n’ai que des boissons healthy à offrir mais elles sont délicieuses.» Elle passe sa main délicatement dans ses cheveux avant de les croiser, prenant un bon souffle pour se lancer dans le récit de son histoire d’amour avec le sport et avec elle-même.

 

Sa vie, depuis quatre ans, est rythmée par le sport. Mais cela n’a pas toujours été le cas, bien qu’elle soit issue d’une famille de sportifs. «J’ai grandi dans une famille sportive. Mon grand-père, mon père et mon oncle faisaient du bateau de course de vitesse au niveau professionnel et mon frère pratiquait le tae-kwon-do. Moi, j’évitais tout ce qui touchait au sport ; je préférais jouer du piano, écrire ma propre musique et donner le meilleur de moi-même en étudiant.» Ce mode de vie sédentaire n’est hélas pas bénéfique à sa santé et elle connaît une prise de poids conséquente. «J’avais seulement 13 ans et j’avais très honte de mon corps potelé ; les enfants me harcelaient à cause de mon physique. Je me sentais très seule et exclue. C’est à ce moment-là que j’ai commencé ma première bataille contre mon excès de poids : exercices, régimes, pilules minceur. J’ai obtenu des résultats en très peu de temps. Mais ils n’ont pas duré et j’ai de nouveau repris du poids, voire même le double de ce que je pesais au départ», raconte la coach sportive.

 

Fatiguée de ce long combat qui est, pour elle, sans succès, elle adopte une solution drastique : la privation de nourriture. «Ma logique était simple à l’époque. Pas de nourriture équivaut à pas de graisse et de prise de poids. Donc, je mangeais le moins possible car j’avais peur d’aller à la gym et de refaire face à ce que j’avais vécu durant mes années d’école où j’étais jugée sur mon physique.» C’est à ce moment-là qu’elle découvre la salsa, commence à la pratiquer sans relâche et à l’enseigner également. «Je perdais du poids, je brillais dans des robes magnifiques sur la piste de danse et j’ai même été mannequin pour des magazines. Même si je pratiquais une activité physique extrême, je continuais à choisir la famine comme solution de perte de poids et je ne me rendais pas compte que je devenais anorexique. Il m’a fallu beaucoup de courage et d’aide pour admettre que ma solution me rendait gravement malade et pour confronter ma peur de manger», nous confie Ekaterina avec une pointe d’émotion.

 

Le temps passe et celle qui évolue alors dans le secteur du tourisme et parcourt le monde, découvre l’île Maurice où elle décide de poser ses valises. Cela fait quelques années déjà qu’elle vit ici. «J’ai découvert non seulement les beaux endroits de l’île, les gens merveilleux mais aussi la cuisine savoureuse. La peur de manger n’étant plus un problème, je consommais au petit bonheur des street foods et j’avais pris beaucoup de poids. Je ne m’inquiétais plus de mon poids car j’attribuais cela à mes gènes. Jusqu’au jour où mon médecin m’a annoncé que j’étais obèse, pré-diabétique, avec un risque élevé de problèmes cardiaques et un taux de cholestérol extrêmement élevé, et que la solution était de prendre des médicaments à vie.»

 

C’est le déclic pour Ekaterina qui décide dès cet instant de reprendre sa vie en main. «À ce moment-là, j’ai réalisé que la vraie beauté n’est pas l’apparence mais la santé. C’était donc le moment de me concentrer sur ma santé et de la prendre en main. J’ai donc quitté mon travail, mis de côté les médicaments et je me suis inscrite à la gym.» Cette fois, avec l’aide d’un entraîneur personnel et en adoptant une alimentation saine et équilibrée, en sus de l’autodiscipline et du dévouement, Ekaterina se remet sur les rails à la conquête d’une bonne santé. «Le dur labeur a porté ses fruits. J’avais perdu 22 kilos en quatre mois et le plus important était l’amélioration radicale de ma santé et ne plus prendre de médicaments. C’est à ce moment-là que je me suis sentie épanouie et heureuse. Je me suis rendu compte que toutes ces années, j’étais perdue en raison des nombreuses fausses idées reçues et du manque de connaissance concernant le sport et l’alimentation, qui se traduisaient par de mauvais choix. C’est pourquoi aujourd’hui, je coache avec tout mon cœur et je pousse la personne à relever ce défi car je connais ce combat qui a été ma réalité.»

 

Si vous voulez découvrir les sessions de coaching proposées par Ekaterina Shchukina, n’hésitez pas à la contacter par mail ([email protected]) ou sur Instagram (Kat_ Shchukina). Et surtout, comme elle, n’hésitez pas à prendre votre santé en main une fois pour toutes.

 


 

Bio Express

 

Ekaterina Shchukina est aujourd’hui une instructrice internationale de fitness et une entraîneuse personnelle de niveau international. «J’ai découvert que le sport était ma grande passion et que je voulais aider les autres. Je suis donc allée étudier pour devenir entraîneuse. J’ai même complété mes études avec les notes les plus élevés pour mes programmes de formation. Cela démontre ma passion pour ce domaine.» Aujourd’hui, elle est la Corporate Wellness & Fitness Manager de la société European Travel Commission (ETC) en Russie, consultante en conditionnement physique d’entreprise auprès de plusieurs entreprises en Thaïlande, en Russie et en Allemagne, en plus d’exercer à son propre compte. «La transformation de ma vie m’a permis de réaliser que la silhouette parfaite n’est rien d’autre que le résultat d’un équilibre sain entre la santé physique et psychologique. Laissez-vous être qui vous êtes vraiment.»