• Infections urinaires : quand les enfants sont touchés
  • Hippisme 30e journée | Alshibaa en l’absence de White River
  • «O Re Piya», un spectacle amoureux raconté
  • #FILLTHEBOTTLE, quand Tamarin s’y met
  • Tentative de trafic de drogue via Rodrigues : L’ICAC saisit les biens du commanditaire présumé Teosand Perle
  • Législatives 2019 : Candidats de nouveaux petits partis, ils font leur baptême du feu
  • Yousouf Elahee : et s’il était…
  • Haltérophilie : Maurice organisera les Championnats d’Afrique de 2020
  • A_Rad Creations ou la mode autrement
  • Anou Protez Nou Bann Zil… du Nord

Lilian Eymeric : son incroyable défi pour les enfants handicapés

Meritess Beeharry, fondatrice et responsable de l’association, Lilian Eymeric et Marcel Lindsay Noë, président de la fondation.

Un nouveau défi, un nouvel objectif. Lilian Eymeric est de retour avec une nouvelle mission. Cette fois, il s’apprête à traverser le Rhône pendant dix jours afin de récolter des fonds pour la Holdem Foundation Academy qui s’occupe d’enfants en situation de handicap.

Il est plutôt du genre discret, n’aime pas trop parler de lui et préfère la simplicité. On l’appelle le nageur de l’extrême ou encore l’homme-poisson. Son visage ne vous est certainement pas inconnu, ni ses précédents exploits d’ailleurs. Lui, c’est Lilian Eymeric, l’homme qui nage pour la bonne cause. Après avoir fait parler de lui en 2016 pour avoir battu le record de la traversée à la nage entre Maurice et La Réunion, ce Français installé à Maurice depuis bientôt six ans revient au-devant de la scène avec un nouveau défi qui, cette fois, est sans précédent.

 

Il s’agit du défi du Rhône qui commence en Suisse et prend fin en France avec 812 km au compteur. Un pari fou que Lilian Eymeric fera au nom des enfants en situation de handicap. Pour ce nouveau challenge, le nageur s’est associé à la Holdem Foundation Academy qui a ouvert, il n’y a pas longtemps, une école spécialisée. C’est après une visite des lieux et une rencontre avec les bénéficiaires de l’association que le Français a décidé de se lancer dans cette aventure.

 

Le but étant de récolter le maximum de fonds pour aider l’association à mieux s’occuper de ces jeunes vivant avec un handicap. «Quand vous parcourez de longues distances et que vous devez affronter des difficultés qui mettent votre physique et votre moral à rude épreuve, il faut s’accrocher à quelque chose de fort pour que le moral ne flanche pas et que le corps ne lâche pas. Là, ce sont ces enfants qui me donneront cette force. Ils seront derrière moi et me tendront la main jusqu’à l’arrivée. Cette fondation me ressemble et c’est pour ces enfants que je veux réussir le défi du Rhône», confie Lilian Eymeric.

 

Lorsqu’il a parlé de son projet aux membres de l’équipe de la Holdem Foundation Academy, ces derniers n’ont pas hésité longtemps avant d’accepter de le suivre dans sa nouvelle aventure. Meritess Beeharry, directrice de l’association, a tout de suite été enthousiaste. «Lilian Eymeric voulait défendre une nouvelle association pour son prochain défi et nous sommes fiers, à la Holdem Foundation Academy, d’en être partie prenante. Nous avons ouvert notre école en 2017 et accueillons actuellement une quinzaine d’enfants avec différents handicaps, à qui nous proposons une éducation spécialisée et adaptée. Pour continuer notre action, nous avons besoin d’aide et avec Lilian Eymeric, nous espérons aller encore plus loin dans notre engagement.»

 

Ce parcours qu’effectuera à la nage Lilian Eymeric en dix étapes, du 1er au 18 août, n’a rien d’anodin. C’est en Suisse, notamment à St Gothard, à la naissance du fleuve, qu’il entreprendra son périple. Sur son chemin, de nombreuses barrières qu’il lui faudra affronter et traverser. Il devra descendre un glacier, traverser le lac Léman, puis suivre le fleuve qui mène à la Méditerranée, à Port Saint-Louis du Rhône, près d’Avignon, d’où il est originaire et où s’achèvera également son expédition à la nage. «Je vais devoir sortir de l’eau au moins 19 fois à cause des écluses. Je devrai donc marcher avant de replonger et poursuivre ma route. Je nagerai en moyenne 14 heures par jour. Je devrai, par moments, affronter une eau à 3 degrés. À d’autres moments, la visibilité dans l’eau sera de moins d’un mètre. La dernière étape sera dure car le Rhône devient large, il y a moins de courant, ce qui rend la nage plus difficile.»

 

Pour être en forme, ce sportif de haut niveau s’est préparé pendant un an, comme ce fut le cas pour son précédent défi. Un périple de 236 km durant lequel il avait bien failli flancher mais à chaque fois que la menace se faisait plus présente, il pensait aux enfants qui comptaient sur lui. C’est comme ça qu’il compte une fois de plus réussir son pari. À travers l’incroyable périple qu’il s’apprête à réaliser, c’est aussi un message qu’il veut faire passer. «Je veux démontrer à travers cela que rien n’est impossible et qu’on peut toujours se relever. Il n’y a qu’à penser à ces enfants qui luttent tous les jours contre une condition de vie qu’ils n’ont pas demandée. Ils se demandent probablement pourquoi ils sont comme ça, pourquoi il y a cette différence et pourtant, ils continuent, ils gardent le sourire. Alors, nous qui avons toutes nos capacités, nous nous devons de ne pas baisser les bras.»

 

Et ça, Lilian Eymeric l’a démontré à plusieurs reprises. La première fois qu’il a mis ses capacités de nageur à rude épreuve afin de récolter des fonds pour une association, c’était en 2014 pour l’association T1 Diams qui s’occupe des enfants qui vivent avec le diabète du type 1. Il avait alors fait le tour de l’île à la nage en cinq jours. En 2015, il tentait une nouvelle traversée en passant par Grand-Gaube, Trou-aux-Biches, Port-Louis et Tamarin, toujours pour les enfants diabétiques. Plus tard, il collaborait aussi avec l’association Anges du Soleil. En 2016, il renouvelait sa collaboration avec T1 Diams, qui rencontrait des difficultés de financement et qui luttait pour maintenir l’association à flots, et se lançait dans un record de nage entre Maurice et La Réunion, couvrant une distance de 236 km sans interruption pendant deux jours. En décembre de la même année, Lilian Eymeric se voyait décerner le titre de Mauricien de l’année par le journal l’express.

 

Avec ce nouvel exploit sportif qui se dessine devant lui, Lilian Eymeric espère non seulement réussir au nom de ces enfants mais surtout, récolter le maximum de fonds pour eux. C’est d’ailleurs pour lui l’occasion de faire appel à la générosité des Mauriciens et des entreprises locales qui veulent bien soutenir son action et aider ces enfants. «Nous lançons un appel aux dons. Ces enfants ont besoin de nous et nous ne pouvons pas les laisser tomber. Nous devons récolter le maximum de fonds pour eux et je sais que les Mauriciens répondront présent.» D’ailleurs, si vous aussi vous souhaitez encourager Lilian Eymeric et donner un coup de pouce à l’association pour laquelle il se bat, vous pouvez faire vos dons sur le compte de la Holdem Foundation à l’AfrAsia Bank (no de compte : 061253000000019).

 

À vous de jouer !