• Infections urinaires : quand les enfants sont touchés
  • Hippisme 30e journée | Alshibaa en l’absence de White River
  • «O Re Piya», un spectacle amoureux raconté
  • #FILLTHEBOTTLE, quand Tamarin s’y met
  • Tentative de trafic de drogue via Rodrigues : L’ICAC saisit les biens du commanditaire présumé Teosand Perle
  • Législatives 2019 : Candidats de nouveaux petits partis, ils font leur baptême du feu
  • Yousouf Elahee : et s’il était…
  • Haltérophilie : Maurice organisera les Championnats d’Afrique de 2020
  • A_Rad Creations ou la mode autrement
  • Anou Protez Nou Bann Zil… du Nord

Olivier Lajoie : d’amour et d’art

L’artiste avec l’organisatrice du concours, Irna Sameeraz-Jafferbeg,

Le jeune homme fait de son talent un porteur de message. Et ça lui va bien. Bienvenue dans son monde de couleurs.

Donnez-lui des pinceaux et des idées. Faites défiler dans sa tête, des images, des couleurs. Des situations, des rêves. Des émotions multiples. Et Olivier Lajoie en fera des dessins, des croquis, du crayonnage, de la pyrogravure, des moments à encadrer ou pas. Les nuances de ses réflexions, il les transpose dans ses œuvres. Oui, le jeune homme de 26 ans s’aime en artiste. Et il a remporté, il y a quelques jours, une compétition de dessin sur la thématique Say No To Drugs, organisée par Irna Sameeraz-Jafferbeg et son entreprise, Live Events Planner. Pour la catégorie des 18 ans +, il a remporté le premier prix. Le deuxième prix de la catégorie adulte est allé à Ershna Ruhonah. Chez les plus jeunes, il y a eu deux gagnants : Reeya Luchmun (premier prix) et Mahoomed Reehan (seconde place).

 

Pour faire la différence, Olivier a fait ce qu’il fait le mieux : s’exprimer. Ce Visual Merchandiser, habitant de Vacoas, a une technique bien à lui pour faire les choses : «Je bosse plus sur les concepts/les idées que la technique que j’utilise. J’essaie de toujours think outside the box.» Andeor bwat, c’est là que les idées fusent, se colorent et s’expriment le mieux. «J’ai représenté quatre mains aux couleurs de notre drapeau : il s’agit de notre société. C’est tous ensemble, en mettant en avant notre solidarité, que nous pouvons œuvrer pour faire reculer la drogue.» Un rêve de jeune pour une meilleure île Maurice. Un espoir d’artiste pour tenter de faire changer les choses.

 

Cet habitué des concours de dessin rêverait également de pouvoir vivre de son art : «Malheureusement, à Maurice, ce n’est pas envisageable.» Alors, dans son quotidien, il mène deux vies ; celle d’employé et celle d’artiste. Cet ancien étudiant au Fashion Design Institute dit avoir l’art en lui depuis toujours, depuis qu’il est «tout petit». «J’ai toujours aimé ça. Je dessinais sur les murs, j’avais toujours un crayon en main.» Vous pouvez découvrir ses créations sur sa page Facebook, @oliarts13. Pour entrer dans son univers, découvrir ses pinceaux et ses idées……