• Opposition : Un nouveau rôle pour de nouveaux défis
  • Ekaterina Shchukina ou quand le sport redonne un sens à la vie
  • Escrime : Satya Gunput en route pour Tokyo
  • La vie de fashionisto d'Emmanuel
  • En attendant le phénomène DJ Snake
  • Tavish Ausman plaide non coupable du meurtre de Yeshna et Reshma Rughoobin | Les proches des victimes racontent leur insurmontable souffrance
  • Elections 2019: vieux routiers, ils remettent ça !
  • Lisa Ducasse : Zazie, L’Olympia et moi
  • KyodoKyokushin Polish Cup : Du bronze pour Answaar Carmally
  • Turbanish by Kensley Suddoo : Oriental fashion touch

Séphora Vieillesse : sa vie au rythme de la Zumba

La jeune femme invite qui le veut à découvrir son petit monde sur sa page Zumba with seph ou sur son compte Instagram, fit_with_seph.

À 17 ans, cette étudiante est une monitrice licenciée de Zumba qui aime transmettre sa passion aux autres. Elle nous raconte comment elle s’est retrouvée sur ce chemin très rythmé…

Avant, c’était une ado toute timide, réservée, qui n’était pas à l’aise quand elle se retrouvait entourée de monde. Toujours dans sa bulle, elle n’aimait pas se mettre en avant et n’aimait surtout pas attirer l’attention sur elle. Mais ça, c’était avant !

 

Aujourd’hui, elle est plus sûre d’elle, plus confiante et sait exactement ce qu’elle veut et la direction qu’elle veut donner à sa vie. Cette transformation, Séphora Vieillesse la doit à la Zumba qui mêle danse et fitness sur des cadences de pas rythmées et très festives. Et c’est grâce à ce cocktail explosif que la jeune femme a aujourd’hui trouvé sa voie… Elle qui, du haut de ses 17 ans, est désormais une jeune licenciée qui ne jure que par une chose : transmettre sa passion aux autres. «Si cela m’a aidée, je me dis que ça peut aussi aider d’autres personnes», confie la jeune femme, avec une bonne humeur quasi contagieuse.

 

On l’a compris ! C’en est fini de la Séphora qui aimait rester dans son coin. Aujourd’hui débordante d’énergie, la jeune femme s’anime et son visage s’illumine dès qu’il lui faut parler de la Zumba : «À l’époque, j’avais 13 ans et, avec ma famille, mon père Clency, ma mère Marilyn et ma sœur Prisca, on s’était inscrits à une salle de gym. L’idée, c’était qu’on trouve une activité où l’on pouvait se dépenser…» C’est ainsi que la petite famille est devenue membre d’une salle de sport connue dans la région de Trianon.

 

Durant les premiers jours, Séphora était loin de se douter que cette expérience allait provoquer en elle le déclic qui allait complètement la transformer : «Je m’en souviens très bien. C’était un samedi matin et je m’étais retrouvée dans un cours que je ne n’avais pas encore essayé. Il y avait un coach, Kersley Jérôme, des élèves comme moi et une musique super entraînante. Ce jour-là, j’étais complètement perdue, je n’arrivais pas à suivre, je partais à gauche quand tout le monde partait à droite mais je venais de vivre une expérience extraordinaire. C’était ma première classe de Zumba.» 

 

Persévérance

 

Depuis, plus rien n’a été pareil : «J’ai regardé le coach avec sa vitalité et son énergie, et il m’avait complètement embarquée dans son univers. Mais par-dessus tout, j’ai vite réalisé que ce cours m’avait fait du bien, énormément de bien !» La suite de l’histoire, on la devine facilement. Entre persévérance, assiduité et motivation, Séphora s’investit et trouve sa marque et ses repères : «J’ai peu à peu gagné en assurance et je ne jurais que par cette discipline qui me faisait à la fois transpirer, garder la forme mais qui m’a aussi apporté de l’équilibre dans mon développement personnel.» Et en sus d’être un catalyseur de bien-être chez elle, la Zumba l’a aussi aidée à progresser dans ses études. Étudiante à la Bocage International School, la jeune femme a, à un certain moment, dans le cadre de son programme scolaire, présenté un «personal project» lié à sa passion : «J’ai présenté un cours de Zumba et j’ai été très surprise par l’accueil reçu. Je me suis retrouvée à animer une classe devant une salle remplie de participants, regroupant à la fois les élèves et les profs.»

 

Ce jour-là, la pétillante Séphora s’est révélée à son école. Elle est alors récompensée par un prix d’excellence : Middle Years Program Personal Project Award 2018, une reconnaissance qui lui a fait réaliser que c’était la dimension qu’elle voulait donner à sa vie. En fin de cycle secondaire, la jeune femme a déjà choisi le chemin qu’elle veut emprunter et sait que ce sera en lien avec le sport. Après une formation, elle a, depuis février, les bagages qu’il faut pour officier comme monitrice. Jonglant entre les études, les séances de fitness et les cours qu’elle dispense au Moving Club de Riche-Terre, elle continue son petit bonhomme de chemin en invitant qui le veut à venir se dépenser et s’amuser sur les chorégraphies qu’elle réadapte sur des musiques variées et endiablées, sur lesquelles elle aide ses élèves à entretenir la forme. «C’est non seulement une façon de faire de l’exercice mais c’est aussi un bon moyen de se dépenser en s’amusant, tout en se tonifiant», affirme-t-elle avec de la conviction dans la voix.

 

Elle qui, aujourd’hui, sourit en repensant à la jeune fille timide et réservée qu’elle était lorsqu’elle ne surfait pas encore sur la vague de la Zumba. Mais ça… c’était avant !