• Amar Moonesamy, 17 ans, meurt d’une «overdose» de drogue synthétique | Veena, sa mère : «Nous voulons des réponses pour faire notre deuil»
  • Coronavirus : Le message d’espoir du Dr Sumayyah Hosany en Chine
  • Chelsea vs Man Utd : Lampard vs Solksjaer, opposition de styles
  • Terry, 13 ans, atteint d’une maladie cardiaque | Annabelle, sa maman : «Aidez notre fils à avoir un nouveau cœur»
  • Maha Shivaratree : sur les traces du dieu Shiva
  • Nouvelle saison chez les Rouges !
  • Raj Callychurn : SAJ Story
  • Pistes cyclables à Maurice : Le salut des vélos
  • Michael Chelvan : la passion gravée dans le bois et… d’autres matières
  • Agressée par son aîné, Unrowtee Callikan succombe à ses blessures | Toolsee, le frère de la victime : «Elle vivait un enfer avec son fils toxicomane»

Wake Up Sessions : Rayaaz Mushina, le Zimbabwéen dansant et gagnant

Il a gagné dans deux catégories…

Il a été victorieux non pas dans une mais dans deux catégories de cette compétition de danse urbaine. Rencontre avec ce jeune Africain qui ne manque pas d’énergie.

Quelques minutes pour convaincre. Et il a convaincu, loin de sa terre natale, mais déterminé comme jamais. Lui, c’est Rayaaz Mushina du Zimbabwe, gagnant de la dernière édition des Wake Up Sessions, dont la finale s’est tenue le 27 avril, au Caudan. Il s’est démarqué dans deux catégories : afro dance et hip hop all style. Dans la catégorie b-boying, c’est Yash Buruth qui a été élu vainqueur. Les gagnants repartent chacun avec un trophée et des gift vouchers.

 

C’est une nouvelle victoire pour Rayaaz Mushina, 24 ans, prof de danse dans le privé à Maurice depuis un peu plus d’un an. Mais la danse et lui, ça remonte à loin : «Dès l’enfance, j’étais fasciné par les danseurs populaires que je voyais à la télé, notamment Michael Jackson. Et quand on a 9-10 ans, on a envie de faire pareil. Au fil du temps, j’ai découvert d’autres styles de danse, plus urbains. Et je me suis dit que c’est ce que j’ai envie de faire pour le reste de ma vie. J’aime beaucoup m’inspirer de ce qui existe déjà, je le tourne et je le retourne pour en sortir quelque chose d’original», nous explique Rayaaz.

 

Par contre, au Zimbabwe, c’est un univers difficile. «Il y a beaucoup de passionnés de danse, il y a de la compétition, mais on ne peut pas vraiment en vivre professionnellement.» Lui a persévéré. Il y a quelques années, il est sorti vainqueur de la compétition de danse nationale du Zimbabwe et a été chanceux de participer à la compétition internationale de danse urbaine en France où il est malheureusement resté au deuxième round. Il y a quelque temps, il a trouvé un emploi chez nous et peut vivre au quotidien sa passion dansante. Il a découvert les Wake Up Sessions quand un de ses amis lui a montré la page de l’événement sur Facebook et l’appel à candidatures pour le 27 avril. La suite ne sera que victoire.

 

On n’est pas au bout de nos surprises pour les Wake Up Sessions, organisées par Kenjee Kennedy et son équipe. Deux autres sont prévues cette année, en août et en décembre.