• Opposition : Un nouveau rôle pour de nouveaux défis
  • Ekaterina Shchukina ou quand le sport redonne un sens à la vie
  • Escrime : Satya Gunput en route pour Tokyo
  • La vie de fashionisto d'Emmanuel
  • En attendant le phénomène DJ Snake
  • Tavish Ausman plaide non coupable du meurtre de Yeshna et Reshma Rughoobin | Les proches des victimes racontent leur insurmontable souffrance
  • Elections 2019: vieux routiers, ils remettent ça !
  • Lisa Ducasse : Zazie, L’Olympia et moi
  • KyodoKyokushin Polish Cup : Du bronze pour Answaar Carmally
  • Turbanish by Kensley Suddoo : Oriental fashion touch

Accidents fatals : Quatre autres familles anéanties par le chagrin

120. C’est le nombre de personnes qui ont péri dans des accidents de la route depuis le début de l’année. La liste s’est allongée avec les noms de Karishma Gopee, 20 ans, Rishi Simathree, 39 ans, Peter Jasmin, 61 ans, et Rajen Onien, 55 ans. Chez les familles endeuillées, c’est le même spectacle de désolation. Récits.

Rishi, 39 ans, rend l’âme après 86 jours | Son épouse Vimi : «Nou ti panse li pou sape»

 

Il est resté plusieurs semaines entre la vie et la mort. Et ses proches espéraient ardemment que la vie allait l’emporter. Hélas, Rishi Simathree, un maçon de 39 ans, plus connu comme Bachan, a poussé son dernier souffle, le mardi 29 octobre, après 86 jours à l’unité des soins intensifs de l’hôpital Nehru, à Rose-Belle. Emporté par une infection. Un décès qui plonge sa famille, notamment son épouse Vimi et son jumeau Rishal, dans une grande affliction.

 

«Nou ti panse li pou sape», confie Vimi, la voix tremblante d’émotion. Son époux s’est retrouvé dans le coma le 4 août après avoir été heurté par un camion alors qu’il revenait d’une virée nocturne à pied avec des amis dans sa localité. C’était à la rue Maurice, à Mahébourg. Le chauffeur du camion avait pris la fuite après l’accident, selon un témoin. Ce dernier, un habitant la rue Colony, raconte que l’accident a eu lieu vers 1 heure. Il a personnellement transporté Rishi à l’hôpital du village avant qu’il ne soit transféré à celui de Rose-Belle. Ce père d’une fille de 19 ans et d’un garçon de 16 ans avait dû subir une délicate intervention chirurgicale. «Il avait plusieurs blessures à la tête», explique Vimi qui, avec sa famille, a passé des jours très éprouvants avant que le pire ne se produise et leur enlève tout espoir. «Nou ti pe gard lespwar li pou korek mem si dokter ti fini dir nou ki so bann rezilta pa ti bon ditou ek ki li riske vinn andikape si li sape. Li ti ena boukou blesir dan latet. So leta ti vremem mari grav. Dokter ti fini dir pa pou kapav oper li ankor.»

 

Rishal, le jumeau de la victime, est complètement abattu par cette séparation brutale. Les deux travaillaient comme maçons et étaient inséparables. «Il digère très mal cette situation. Son état de santé s’est détérioré. On craint désormais le pire pour lui», confie Vimi.

 

Le chauffeur du camion s’est, quant à lui, constitué prisonnier au poste de police de la localité en présence de son avocat bien après l’accident. Il a été soumis à un alcotest qui s’est révélé positif et a été autorisé à rentrer chez lui par la suite. Il a été arrêté après le décès de Rishi Simathree. Il fait l’objet d’une accusation provisoire d’homicide involontaire.

 


 

Peter, 61 ans, meurt dans une ambulance du Samu | Eddy : «Mon frère n’aurait pas dû partir de l’hôpital»

 

Peut-être bien qu’il serait toujours en vie s’il n’avait pas agi inconsciemment. Peter Jasmin, plus connu sous le sobriquet de Papier, 61 ans, a quitté l’hôpital contre avis médical après avoir été victime d’un accident. Il est mort quelques heures plus tard.

 

Le mardi 29 octobre, vers 9 heures, Peter Jasmin, un habitant de Chemin-Grenier, et un ami de la localité sont heurtés par un autobus conduit par un jeune homme de 27 ans, habitant également leur quartier. Blessés, les deux amis sont transportés à l’hôpital de Souillac et sur place, un médecin recommande l’admission de Peter alors que son ami est, lui, autorisé à rentrer chez lui. Mais peu après, Peter décide de rentrer chez lui. Dans la soirée, ses proches le découvrent dans un état semi-comateux avec du sang dans la bouche et appellent le SAMU. Le blessé meurt peu de temps après, alors que l’ambulance le ramène à l’hôpital.

 

«Ce sont ses graves blessures à la tête qui ont eu raison de lui», nous dit Eddy, le frère de Peter. Toute sa famille regrette qu’il ait quitté l’hôpital ce jour-là. «Mon frère n’aurait pas dû partir de l’hôpital contre avis médical. Cette décision l’a mené à sa perte. Il est responsable de ce qui lui est arrivé.» Eddy explique qu’en toute franchise, le chauffeur de l’autobus n’a rien à voir avec la mort de son frère : «Sekinn arive inn fini arive. Pli gran erer mo frer selma se linn kit lopital pou al kontign bwar ek so kamarad. Li ti fek gagn so kas pansion. Zot ti pe bwar depi gramatin sa zour-la. Bis-la pann mem tap ek zot ditou. Zot ti pe marse kot pena trotwar. Sime-la inpe sere. Bis-la pann mem frol ek zot. Zot ti deza sou ek zot ti pe balote.»

 

Peter Jasmin vivait seul dans la demeure familiale. Cet ancien menuisier est divorcé depuis plusieurs années. «Il a toujours été un bon vivant, très populaire et généreux. Il n’hésitait jamais à venir en aide aux autres. Il était toutefois un peu porté sur la bouteille», précise Eddy.

 

Ce dernier explique que son frère était déjà dans un état critique lorsque le SAMU est arrivé chez ce dernier. Il ajoute que le personnel de l’ambulance a fait de son mieux pour le sauver. Les funérailles de Peter ont eu lieu le mercredi 30 octobre. Sa chanson préférée, Un géant de papier de Jean Jacques Lafon, a résonné lors de la cérémonie funéraire. «Il aimait jouer cette chanson à la guitare. C’est pour cela qu’il portait le sobriquet de Papier», confie Eddy tristement.

 


 

Karishma, 20 ans, meurt après un accident à moto | Son père Mukesh : «J’ai perdu ma principale raison de vivre»

 

Il avait plein de projets pour son unique enfant. Aujourd’hui, tout s’est effondré comme un château de cartes. Mukesh Gopee a tout perdu en perdant la prunelle de ses yeux : sa fille Purnima, qu’il appelait affectueusement Karishma, âgée de 20 ans. «J’ai perdu ma principale raison de vivre», ressasse cet habitant de Notre-Dame, d’une voix cassée à peine audible. Son épouse Nishy est elle aussi dans une terrible souffrance. Malgré leurs efforts, ses proches n’arrivent pas à la réconforter.

 

Et dire que le couple Gopee se préparait à célébrer les 21 ans de leur fille dans quelques jours, soit le 15 novembre. Ils avaient prévu de marquer le coup par un dîner familial. Mukesh et Nishy se préparaient surtout à organiser les fiançailles de Karishma à son petit ami policier en 2020. Elle sortait avec le jeune homme depuis deux ans. «Nou pa ti ankor aret dat selma», précise Mukesh.

 

Tout bascule pour eux dans la soirée du mercredi 30 octobre. Quand un ami du futur fiancé de leur fille leur annonce que les deux ont eu un terrible accident à moto. «Je n’avais pas encore tous les détails. J’ai cru qu’il s’agissait d’un banal accident. Mon monde s’est écroulé en arrivant à l’hôpital Jeetoo, lorsque j’ai appris que ma fille avait déjà rendu l’âme», raconte Mukesh. Le rapport d’autopsie indique que Karishma a succombé à une fracture du crâne.

 

Le jour fatidique, le jeune policier est allé récupérer sa bien-aimée sur son lieu de travail, à Triolet. Karishma travaillait dans un laboratoire depuis quelque temps déjà après avoir occupé le poste de salesgirl dans un magasin de prêt-à-porter. Le jeune couple s’est ensuite dirigé vers Vallée-des-Prêtres pour assister à un anniversaire. Selon la police, l’accident s’est produit vers 19h30, à la rue Bernardin de Saint-Pierre, à Vallée-des-Prêtres, lorsque la moto que pilotait le jeune policier est entrée en collision avec une voiture conduite par un maçon de 30 ans, habitant Goodlands. La police indique que le motocycliste était en train de doubler un autre véhicule lorsqu’il a heurté une voiture venant en sens inverse. Nous n’avons pu avoir la version du jeune homme qui est toujours hospitalisé. Son état de santé n’inspire cependant aucune inquiétude, selon une source policière.

 


 

La fin tragique de Rajen Onien

 

 

Son nom est désormais associé à un triste numéro. Devarajen Onien, plus connu comme Rajen, est la 120e victime des accidents de la route à Maurice depuis le début de cette année. Cet homme de 55 ans, habitant Morcellement Côte d’Or, est mort après avoir fait une sortie de route à Bagatelle au volant de la voiture qu’il conduisait, le vendredi 1er novembre. Le véhicule a heurté un parapet et fait plusieurs tonneaux. Et les pompiers ont eu fort à faire pour sortir le quinquagénaire de là. Ce père de trois garçons avait déjà rendu l’âme à son arrivée à l’hôpital de Candos. Le rapport d’autopsie indique qu’il a succombé suite à de multiples blessures.