• Nicolas Fanny : D’un défi à l’autre
  • 12th World Open Kyokushinkai Championships : Zakariyya Ozeer impressionné par le niveau de la compétition
  • Jessica Ah-Kee, la vie en papier peint et bien plus
  • AILES : dix ans de combat célébrés
  • Compensation, pensions et salaire minimum : Les syndicats satisfaits mais…
  • Dix ans d’Autisme Maurice : Des mères, un combat, une mission
  • 12es jeux de la CJSOI : Première prise de contact fédérations-ministère
  • À la mode d’Anna Tereshkova Lagaillard 
  • Polémique autour de «Anou Bouzé» | Kendy Mangra : «L’émission passe jeudi et Joanna Bérenger y sera»
  • Radhakrishna Sadien : «La compensation salariale de Rs 300 est insuffisante quand on la compare à l’érosion du pouvoir d’achat»

Handisport - Championnats du monde juniors 2019 : Brigila Clair écrit l’histoire

La jeune Rodriguaise de 16 ans est montée sur la plus haute marche du podium avec un lancer de 11m52.

La handisportive Brigila Clair est devenue championne du monde au lancer du poids cette semaine, lors des championnats du monde juniors de para-athlétisme 2019 à Nottwil, en Suisse.

Médaillée d’or aux Jeux de la CJSOI en 2018, puis aux Jeux des îles la semaine dernière, Brigila Clair ne finit pas d’impressionner. Cette jeune Rodriguaise de 16 ans a, jeudi dernier, remporté le titre de champion du monde au lancer du poids. C’était lors des championnats du monde juniors de para-athlétisme qui prennent fin ce dimanche à Nottwil, en Suisse.

 

Cette médaille est une première pour le handisport mauricien. C’est la première fois qu’un athlète décroche un titre mondial et à sa première participation dans un championnat du monde. La jeune fille est sur un petit nuage depuis sa consécration. «Tout s’est bien passé, je ne m’attendais pas à remporter la médaille d’or. Je suis super contente d’avoir fait la fierté de Maurice et de Rodrigues», déclare Brigila Clair.

 

La lanceuse mauricienne souffrant de déficience intellectuelle s’est imposée dans la catégorie F20 face à quatre autres compétitrices. Elle a réalisé une performance de 11m52 devant la Française Béatrice Aoustin (9m44), l’Italienne Chiara Masia (7m79) et la Belge Anke Sneyers (5m58). L’Equatorienne Anais Mendez, qui était également en liste, ne s’est pas présentée à la compétition.

 

«C’était un peu difficile, j’étais un peu stressée, vu que c’est un championnat du monde. Je pensais que mes adversaires étaient plus fortes que moi, mais, en voyant les autres compétiteurs en action dans les autres épreuves, cela m’a donné le courage et l’envie de gagner», avoue la jeune fille.

 

Cette victoire de Brigila Claire fait la fierté de ses proches. A Rivière-Banane, à Rodrigues, sa mère Melda est très fière de sa fille. «Je suis très heureuse. Je ne pensais pas qu’elle allait réussir à remporter l’or, vu  qu’elle sort tout juste des Jeux des îles. Je pensais qu’elle était fatiguée mais elle m’a vraiment surprise. C’est incroyable ce qui vient de se produire», avoue Melda Clair.

 

Cette dernière attestera que sa fille adore le sport, et que c’est cet amour pour l’athlétisme qui lui a permis d’aller aussi loin, en si peu de temps. La carrière de Brigila Clair a commencé en 2014 avec Fabrice Ramsamy, mais c’est sous la direction du frère de ce dernier, Fabio, que la jeune sportive va dévoiler tout son potentiel. Alors en fin de carrière, Fabio  Ramsamy décide de prendre la jeune Brigila sous son aile, et, depuis, cette dernière n’a cessé de monter en puissance.

 

«C’est une passionnée de sport. Elle fait partie des athlètes qui s’entraînent le plus au stade Camp-du-Roi. Elle aime travailler, et c’est ce qui fait sa force. Je suis très fière d’elle, et tout ce que j’espère c’est qu’elle continue à progresser et puisse décrocher un titre au championnat du monde senior ou dans des grands événements. Elle a le potentiel. Je remercie le ministère de la Jeunesse et des Sports, la Mentally Handicapped Persons Sports Federation, la Commission Jeunesse et Sports de Rodrigues et la Mauritius Athletic Association. Sans le soutien de toutes ces personnes, Brigila n’aurait pas pu aller aussi loin, et j’espère qu’elle ira encore plus loin», souligne Fabio Ramsamy.

 

Durant sa carrière, Brigila a eu un parcours atypique pour pouvoir faire ses preuves. Elle a effectué sa première compétition dans un tournoi valide, avant de remporter sa première médaille d’argent aux Jeux des Jeunes élites en 2018. Brigila Clair poursuivra son ascension en remportant le bronze à Djibouti aux Jeux de la CJSOI, en défiant des athlètes valides. Elle brillera à nouveau en s’offrant, cette fois-ci, l’or aux Jeux des Jeunes élites. La suite on la connaît, elle remportera l’or aux Jeux des îles en handisport et un titre mondial. Impressionant pour une athlète qui ne bénéficie d’aucune allocation financière.

 


 

De l’or pour Roberto Michel sur le 400m

 

 

Les handisportifs mauriciens ont été brillants lors de ces Championnats du monde. Après Brigila Clair, c’est au tour de Roberto Michel de monter sur la plus haute marche du podium en Suisse. Ce dernier a remporté l’épreuve du 400m en fauteuil roulant des -20 ans dans la catégorie T34. Il a bouclé la course en établissant un record national de 58 :83. Le Mauricien de 19 ans a terminé devant les Anglais Zhou Zien et Cooper Matthew. Son coach Jean- Marie Bhugeerathee se dit impressionné par le parcours de son poulain.

 

«Il a coiffé ses adversaires sur le poteau. C’était une course incroyable. Je savais qu’il avait ses chances de faire un podium mais remporter le titre est une belle surprise. C’est un garçon qui a, beaucoup, progressé depuis qu’il a commencé il y a huit mois. Il a écouté les conseils, s’est montré patient en course, avant de fondre sur les autres concurrents. Je suis très fier de lui», a commenté Jean-Marie Bhugeerathee après la course. La veille, le sportif de Trou-d’Eau-Douce a remporté la médaille de bronze sur le 100m.