• Kaz’alala : enn mari lakaz sa !
  • Hippisme 21e journée | Wall Tag comme Cool At Heart
  • La vie de fashionista d'Amy
  • Centre des Dames Mourides : Le théâtre ou l’art de l’apprentissage
  • Anoucheka Gangabissoon : les livres qui me parlent
  • Krsna Bacha : L’appel de l’océan
  • Cosafa Women’s Championship : Sale temps pour le Lady Club M
  • Mystic Creations : Karishma, fabricante de bonheur
  • Les rendez-vous du pape François avec les Mauriciens
  • Piton/Rivière-du-Rempart : Sur le rythme d’une non-campagne

Julio Mannoo : «Je me présente aux élections générales parce que je veux changer les choses»

Il a un rêve : briguer les suffrages lors des prochaines législatives. Son objectif, bien qu’il soit novice en politique, est de travailler pour les jeunes. Le musicien, qui est aussi actif dans le social, nous explique sa démarche.

Qu’est-ce qui pousse un batteur-chanteur à faire de la politique ?

 

Avant d’être artiste, je suis mauricien. C’est tout à fait normal que je m’intéresse à la politique. Enough is enough. D’ailleurs, en tant que musicien, j’ai constaté combien c’est difficile de vivre de ce métier, de s’investir, sacrifier son temps, son argent et ne rien avoir en retour. C’est l’une des raisons qui m’ont poussé à me tourner vers la politique en espérant qu’il y ait un changement. En tant que jeune, je souhaiterais plus d’encadrement et de ressources pour les jeunes. Quand je pense au Citizens Advice Bureau (CAB), j’ai en tête une solution novatrice qui peut tout changer à ce niveau. Pour l’instant, je la garde secrètement dans ma tête.

 

Et qu’est-ce qui vous plaît dans cet univers ? 

 

Le pouvoir de changer les choses.

 

Vous pensez être fait pour la politique. Pourquoi ?

 

On ne naît pas politicien, on le devient. Certes, je ne suis pas un magicien mais depuis ma tendre enfance, j’ai toujours voulu faire quelque chose pour mon pays. Aujourd’hui, c’est à travers la politique que je pense que les choses peuvent changer.

 

Vous dites aussi avoir fait du social. Pouvez-vous nous en dire plus ?  

 

Effectivement, j’encadre quelques jeunes de mon quartier à travers la musique et j’ai aussi un groupe Facebook qui s’intitule Jeunesse curepipien, sur lequel je m’appuie chaque jour pour donner de l’information aux personnes qui sont connectées au niveau de la ville de Curepipe. Depuis quelque temps, je m’occupe d’une association, ROUPI LINITE, avec ma fiancée Laura Mamdy qui milite contre la pauvreté.

 

Est-ce le fait d’évoluer dans le social et d’avoir constaté certaines choses qui vous a poussé à vous lancer ? 

 

Je trouve inadmissible, qu’en 2019, certaines personnes n’ont pas un toit décent et de quoi se nourrir. Ce n’est pas normal !

 

Vous comptez donc vous présenter aux prochaines élections générales ? 

 

Bien sûr. Je compte effectivement me présenter aux élections générales et comme je l’ai dit précédemment, je veux changer les choses. Tout simplement.

 

Que comptez-vous proposer aux Mauriciens ? 

 

Avant tout, une nouvelle vision pour Maurice.

 

C’est-à-dire ?

 

Je souhaite rétablir la connexion avec la jeunesse mauricienne, donc fournir plus d’encadrement, plus de formation dans les domaines de l’art, de l’éducation et du sport. D’ailleurs, comme vous avez pu le constater lors des derniers Jeux des îles, les Mauriciens ont brillé par leur talent. Je suis convaincu qu’en leur fournissant les éléments nécessaires, ils seront capables de faire encore mieux.

 

Sous quelle bannière comptez-vous vous présenter ?

 

Je ne me présenterai pas comme candidat indépendant. Pour l’instant, je tiens à ce que ce soit confidentiel car il n’y a eu aucune annonce officielle.

 

Des partis, des grands et des plus petits, il y en a beaucoup. Qu’est-ce qui vous différencie des autres ?

 

Eh bien, je ne suis pas né d’un père politicien et je ne suis pas issu d’une famille de politiciens. Je suis un Mauricien qui se préoccupe de son pays et cherche à trouver des solutions afin de rétablir les choses. Choses que nos anciens dirigeants n’ont pas su faire en plus de 50 ans d’Indépendance. Maurice n’a pas évolué dans la bonne direction. Aujourd’hui, je crois fermement avoir la solution novatrice pour faire bouger les choses.

 

Pourquoi les Mauriciens voteraient-ils pour vous ?

 

Je suis un homme du peuple. Je veux être la voix des Mauriciens car je les côtoie tous les jours et j’entends leurs doléances. Je pense être légitime pour défendre leurs droits.

 

Beaucoup de personnes qui ne sont pas issues des grands partis ont tenté ce challenge. Vous croyez donc en vos chances d’être élu ?

 

Bien sûr ! Je souhaite faire tout ce qui est en mon pouvoir pour réussir.

 


Bio express

 

Julio Mannoo, 33 ans, est le dernier-né d’une fratrie de six enfants. Cet habitant de Cité Malherbes, Curepipe,  travaille dans le domaine de la communication d’entreprise. Durant son temps libre, il exerce comme batteur (musicien).