• Jeux Olympiques 2024 : préparer les potentiels médaillés dès maintenant
  • Dr Boyzini : retour vers le passé avec «Sold Out» et son tube «Salmi»
  • Hanshini Appanah, coup d’Foodwini
  • Agressé au cutter à l’école : Un ado de 14 ans se retrouve avec 20 points de suture
  • La visite papale à Maurice dans la presse internationale | Quand le monde médiatique parle du modèle de «fraternité» de notre île
  • Des jeunes lui offrent un T-shirt aux couleurs de San Lorenzo : Zoom sur l’équipe de foot préférée du souverain pontife
  • Le pape a dit…
  • Inspecteur Ricardo Hurrhungee : «C’est un honneur d’avoir veillé à la sécurité du pape»
  • Doris David : Ma belle histoire d’amour racontée au saint-père
  • Le temps d’une petite rencontre entre chefs d’États

Ayo mo fami : un reflet sociétal rigolo

Ce n’est pas très fin, mais on se marre !

Mariage, infidélité, problèmes d’argent, rapport de force. Ouf, pas mal de choses dans Ayo mo fami, dernière production du Moustouf Comedy Club, portée par Yousouf Elahee et sa bande, et qui se joue en ce moment au Komiko Comedy Art Club, à Bagatelle. Une nouvelle pièce dans les grandes lignes de ce à quoi nous avait habitué la troupe dans le passé.

 

Et encore une fois, si l’écriture n’est pas très fine et lorgne parfois vers le très grossier, si les acteurs ne sont pas tous au même niveau (on encouragera tout de même le jeune Yudish Ramyead qui fait son baptême de feu), la pièce marque des points quand elle se montre critique : envers la politique, le racisme ordinaire, la course vers l’argent, le sexisme dans les couple. Du coup, on s’y retrouve, on s’y connaît et, surtout, la mayonnaise du rire prend très vite devant les situations de palab marrantes.

 

Vous avez encore deux séances pour aller voir la pièce, aujourd’hui à 14 heures et 19 heures. Billets à Rs 250. Réservations et infos au 5449 1616 et au 471 1332.