• Mannyok, le groupe rodriguais et sa conquête africaine
  • Laurent Combalbert : À la découverte de... ADN Kids
  • National Sports Award 2019 : des étoiles brillantes
  • Bruno Mikale, un coach aux fourneaux
  • Le meurtrier de son fils libéré un jour après sa condamnation | Sunita Darga : «Nous demandons au DPP de faire appel»
  • Love Aaj Kal 2 : Sur les pas du père
  • Amar Moonesamy, 17 ans, meurt d’une «overdose» de drogue synthétique | Veena, sa mère : «Nous voulons des réponses pour faire notre deuil»
  • Coronavirus : Le message d’espoir du Dr Sumayyah Hosany en Chine
  • Chelsea vs Man Utd : Lampard vs Solksjaer, opposition de styles
  • Terry, 13 ans, atteint d’une maladie cardiaque | Annabelle, sa maman : «Aidez notre fils à avoir un nouveau cœur»

Ayo mo fami : un reflet sociétal rigolo

Ce n’est pas très fin, mais on se marre !

Mariage, infidélité, problèmes d’argent, rapport de force. Ouf, pas mal de choses dans Ayo mo fami, dernière production du Moustouf Comedy Club, portée par Yousouf Elahee et sa bande, et qui se joue en ce moment au Komiko Comedy Art Club, à Bagatelle. Une nouvelle pièce dans les grandes lignes de ce à quoi nous avait habitué la troupe dans le passé.

 

Et encore une fois, si l’écriture n’est pas très fine et lorgne parfois vers le très grossier, si les acteurs ne sont pas tous au même niveau (on encouragera tout de même le jeune Yudish Ramyead qui fait son baptême de feu), la pièce marque des points quand elle se montre critique : envers la politique, le racisme ordinaire, la course vers l’argent, le sexisme dans les couple. Du coup, on s’y retrouve, on s’y connaît et, surtout, la mayonnaise du rire prend très vite devant les situations de palab marrantes.

 

Vous avez encore deux séances pour aller voir la pièce, aujourd’hui à 14 heures et 19 heures. Billets à Rs 250. Réservations et infos au 5449 1616 et au 471 1332.